mercredi 3 septembre 2008

La Révolution du Photo-journalisme .... Rien que ça !



A Télérama, une fois par an, c'est la fête du Photo-journalisme. Pas plus hein ? Faudrait voir à pas encombrer non plus quand même. En général, c'est juste avant VISA ...
Bon alors c'est une enquête (Si c'est marqué !), bon ça, ça fait tout de suite sérieux. Le gars, il sait de quoi il parle, si ! c'est une enquête !! Une enquête à Télérama, c'est 5 pages (3 de texte). Ce qui est marrant, c'est que les photographes, ils ont le droit de l'ouvrir (juste un peu) dans le dernier paragraphe et juste pour dire que c'est foutu le métier les gars ... et pour se lamenter. Eh oui ! Avant quand on développait les films en faisant fondre de la neige et en pissant dessus pour les fixer dans les montagnes en Afghanistan, là c'était bien !






















Mais tout ça c'est fini avec le numérique ... Bon le métier est moribond qu'il dit ... Et la faute à qui ? Hein je vous le demande ... Eh ben "la mentalité des lecteurs a changé, les sujets internationaux et sociaux ne les intéressent plus ..." et "le pouvoir de décision est passé des mains des journalistes à celles des contrôleurs de gestion au service des groupes industriels !". Heureusement, le mec a une analyse pertinente du truc. Les iconographes ne sont pas assez dans les rédactions et leurs exigences sont revues à la baisse faute de temps, de compétence (sans déconner ?) et de place. Donc leur choix s'arrêtent sur des images simples (Des photos produites par des simplets, c'est ça non ? J'ai bon là ?). Heureusement, le papier se termine bien, parce que Libé, Le Monde 2, Télérama et Géo sauvent l'honneur de la presse française ... en publiant des auteurs (parce que dans l'esprit des rédacteurs, les photographes ne sont pas journalistes, nan). Ensuite il y a Caujolle qui a "bousculé le monde de la presse" dans les années 80 qui s'exprime sur le "cynisme de la communication". L'ennui, c'est qu'on est en 2008 ...
Pour finir le rédacteur découvre stupéfait que des journaux étrangers font mieux qu'ici. Tenez-vous bien, ces inconscients font "le part belle aux photos" mais "sans sacrifier celle des textes". Ah bon !! On est rassurés (Parce qu'en France dés qu'on passe une photo, c'est un texte qu'on assassine, c'est bien connu). Mais comment font-ils au fait ? ils ont des pages extensibles ? Il faut comprendre que dans l'esprit du rédacteur, plus il y a de photos, moins il y a de texte et le texte, c'est lui ... Tu piges ?!
J'oubliais la couverture ! C'est un dessin de BD qui représente un photographe mort (Didier Lefèvre), ce qui est d'une logique implacable et ce qui en dit long ... sur l'inconscient collectif de la rédaction de Télérama.

Frozen Piglet

Ps: Oui en fait, j'ai compris pour le dessin de la couv ... Pour le rédacteur de Télérama, le photographe, c'est juste une personnage de bandes dessinées. Un peu comme Mickey quoi ... Finalement, la photographie est un sujet bien trop sérieux pour laisser les photographes en parler ...

12 commentaires:

jse a dit…

Putain mais c'est vrai que la couv qui illustre le photojournalisme est un dessin de BD....!!!

j'ai même pas tilté en achetant Télérama et éffectivement quand on parle du métier c'est que Visa approche.

sinon pour ma part je ne pisse plus sur mes néga pour les fixer..
..a force ils avaient une forte odeur de gros rouge ou de bière selon les jours!

jse a dit…

au fait hier j'ai envoyé mes illustres sur la rentrée scolaire chez sipa..ça c'est du photojournalisme bordel!

j'en suis vraiment pas fière coco mais dans 6 mois j'aurais une belle pige de 6,5 euros pour une parution sur le site de l'obs (et avant impôts svp) la classe non?

Cyril Fakiri a dit…

Tiens, me suis bien fait avoir par "ce dossier" plein de promesses.
En fait, un article consensuel qui n'apporte rien. Vraiment "too much" avec la pointe de nostalgie bidon de quelques dinosaurs, ceux la même qui véhiculent toujours l'idée que ce métier est mort, et qui finalement contribuent davantage à l'enterrer prématurément qu'a donner leurs chances a des petits gars pleins d'idées. Ca me fait penser a Polka tout ca !

Il est temps que ca change :o)

Cerise a dit…

Moi, je trouve qu'ils ont bien joué puisque tous les photojournalistes que je connais ont acheté ce numéro de Télérama... Comme quoi, un bon titre bien racoleur et tu vends de la merde comme des petits pains !

Anonyme a dit…

Ah ben, vous vous êtes tous faits baiser ma parole.
Moi la presse, les hebdos en particulier, j'achète plus depuis longtemps, parce que j'aime pas qu'on se foute de ma gueule, qu'on me prenne pour un con avec toutes ces enquêtes à la mord-moi le noeud, ces "la véritable histoire de...", "la vérité sur...", "Pourquoi on cache que...", "le secret des...".

Finalement, Céline avait pas tort, en 37 déjà. Je cite :

"Tout article à standardiser : vedette, écrivain, musicien, politicien, soutien-gorge, cosmétique, purgatoire, doit être essentiellement, avant tout, typiquement médiocre. Condition absolue. Pour s'imposer au goût, à l'admiration des foules les plus abruties, des spectateurs, des électeurs les plus mélasseux des plus stupides avaleurs de sornettes, des plus cons jobardeurs frénétique du Progrès, l'article à lancer doit être encore plus con, plus méprisable qu'eux tous à la fois"

BB a dit…

Finalement, Visa pour l'image, c'est comme le Téléthon. Une fois par an, on a le droit de se faire plaindre sur notre pauvre sort et ensuite, on retourne dans notre médiocrité en souriant : des illustrations sur "l'immobilier, pourquoi ça baisse enfin", "Impôts, ce qui va changer pour vous en 2009"..."Fillon, le vrai visage d'un rebelle sarthois".

Julien a dit…

Perso le dessin de BD ne me choque pas. Par contre le côté racoleur, si ! Franchement c'est quoi cet article poudre aux yeux et larmoyant ? En plus, ils n font un gros titre pour un tout petit bout de papier qui va pas bien loin... Rien de nouveau sous le soleil téléramesque. Tu trouve qu'il y a une analyse ? Je te trouve indulgent. C'est du cliché. Ca me fait mal de critiquer comme ça, gratuitement le boulot du rédacteur, mais c'est ce que je pense. Et puis faut arrêter, il n'y a pas que Visa qui fait vivre le photojournalisme ! Positivons, on trouve tout plein de nouvelles alternatives, pas mal de gens se regroupent pour réfléchir à tout ça. C'est un tournant. La photo d'information prend des clques à n'en plus finir, mais elle n'est absolument pas vouée à disparaître, c'est juste pas possible. Alors on arrête de pleurer, on met les choses à plat par d'autres moyens que ces articles insipides, et on avance.
Ah si, j'oubliais, je suis méchant par rapport à cet article, parce qu'en fait, faut pas oublier aussi qu'il s'adresse au public, pas aux professionnels à la base.
Je poste ce même commentaire sur le forume de photojournalisme.fr, donc si vous avez envie de passer pour y réagir, n'hésitez pas.
A plus.
Ju.

Anonyme a dit…

L'article posté date d'il y a un moment mais je ne peux m'empêcher de réagir... effectivement, on se fend bien la poire mais comme il a été dit : ça ne concerne que des lecteurs peu informés sur ce que nous, photographes de presse nous vivons. Je me bats pour ne pas être payé en D.A et, par moment, j'ai vraiment l'impression de passer pour un pauvre taré.
Je discutais avec un rédacteur pigiste qui ne comprenait pas pourquoi je refusais le boulot au sein de sa rédaction tant qu'il était payé en agessa... "Et si tu avais été payé toutes ces années en factures ou notes d'auteurs?..." Je l'ai laissé un peu con... A croire que le terme "photojournaliste" semble être d'un autre temps. On parle d'illustrateurs, de photographes auteur... Ca ne fait que quelques années que je suis dans le métier et je passe déjà pour un dinosaure pas très sympathique, auprès de mes jeunes collègues fraîchement débarqués, en réclamant (Bon Dieu, je demande pas la Lune...) ce qui m'est dû.
Quelle situation pour nous dans les prochaines années?

... a dit…

D'autant qu'il n'y a pas lieu de se justifier
Les entreprise de presse ont l'interdiction de payer les photographes de presse en Agessa (carte de presse ou pas). L'URSAFF réintègre en salaire ces piges bidons systématiquement en cas de contrôle.
Mais comme toujours, les rédacteurs ne peuvent pas s'empêcher de l'ouvrir pour dire des conneries.
Je leur pisse dans l'oeil

Frozen Piglet

Anonyme a dit…

Fou rire. Tu m'enlèves les mots de la bouche... Quant à celles (de bouches) de certains (je dis bien certains) de nos confrères rédacteur, je leur chie dedans à défaut de leur pisser dans l'oeil (les pauvres... sont déjà aveugles et écrivent avec leurs panards, on va pas en rajouter).

Barnabé

... a dit…

Chier dans la bouche ?
Oh mon dieu un extrémiste !
Ou un admirateur de Pasolini ...

Frozen P

Anonyme a dit…

J'y suis allé un peu fort... J'avoue! Bonne continuation pour ton blog!

Barnabé

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...