vendredi 21 juin 2013

Pause Pipi

Souvent, j'ai autre chose à faire que pérorer à mes moments perdus sur la photographie. J'ai mes toilettes à repeindre, je dois arroser mes géraniums et arracher les mauvaise herbes et aussi lire le Monde Diplomatique (un journal rédigé par des crapules gauchistes irresponsables). Je ne sais pas quelle énergie anime ceux qui passent leur temps à discourir sur la photo, alors qu'ils sont tellement peu à maitriser vraiment le sujet. Je parle de ceux qui sont sûrs de la justesse de leurs propos à tous points de vue. Ces gars-là doivent souffrir d'un total manque de confiance en eux ou un truc comme-ça. Alors le seul truc qu'ils ont trouvé dans la vie, c'est de parler plutôt avec des gens qui sont déjà d'accord avec eux ou alors qui sont des spécialistes, mais d'autres trucs. Comme ça, le soir venu, ils peuvent s'endormir avec leurs certitudes en guise d'oreiller, en rêvant à l'ordre national du mérite. Moi la photographie, je la pratique (mal, mais tout le temps) avec le désir un peu fou de m'améliorer peut-être un jour (ça va être dur, j'chuis au top). En fin de compte, c'est mon métier quoi ... Ce qui est sympa avec ce boulot, c'est qu'il t'arrive toujours des tas de trucs extraordinaires. Moi cette semaine par exemple, on m'a volé mon parapluie, j'ai été immortalisé par la République et j'ai fait pipi sur mon Nikon D4 tout neuf (j'ai pas fait exprès pour le Nikon. T'es con ou quoi ?) et j'ai fait des photos tout ça en même temps.
J'espère que le petit fumier qui m'a chourré mon pébroc lors d'une conf de presse vas crever (c'est celui qui est en photo sur l'illustration de ce post. Pas le fumier, le parapluie). Mme Piglet avait menacé de divorcer si je sortais avec elle et lui dans la rue en même temps (Même s'il pleut que je lui ai fait ? Hein ?? Ouais enfin je me comprends). Je l'avais même caché pour qu'elle le jette pas à la poubelle. Elle est folle.
J'ai été aussi  flashé sur une nationale et j'ai pris 90 euros et un point dans les dents pour 55 ou lieu de 50 Km/h. Ça m'a un peu contrarié parce que mon permis était inviolé jusqu'à ce jour et que je n'aime pas qu'on me prenne en photo, rapport au droit à l'image que j'ai. En plus, tant qu'à me faire chopper, j'aurais préféré rouler à 250, comme un connard de footballeur qui va voir Zaïa. De temps en temps sur le périph, je m'amuse à flasher les mecs en grosses caisses avec mon petit flash de reportage. C'est trop drôle de les voir debout sur le frein. Ben kwa ? On s'amuse comme on peut. Kesta ?
J'ai fait aussi pipi sur mon D4 (heureusement qu'il est anti ruissellement). Quand on est dans l'action, on pense souvent pas à faire pipi (on a tort). Résultat, quand on fait une pause, on est un peu pressé et s'engouffrer dans des toilettes avec 2 sacs et deux appareils dont un équipé d'un 80-200, c'est pas joué (surtout quand tu déboutonnes ta braguette en même temps et que t'es prêt à faire pipi même s'il y a déjà quelqu'un). C'est le D4 avec mon 85 qui a glissé de mon épaule et s'est retrouvé suspendu à mon poignet, mais dans la cuvette des chiottes sous un torrent d'urine tiède. Voilà. C'est ça la photo et tout le reste, c'est de la littérature.

Frozen Piglet

Vous pouvez vous foutre de ma gueule. Je vous emmerde tous.



52 commentaires:

Gunthert a dit…

"Je ne sais pas quelle énergie anime ceux qui passent leur temps à discourir sur la photo". C'est pourtant pas compliqué: c'est leur métier. Oh surprise, comme il existe le métier de photographe, il existe aussi celui de chercheur! Ces gens-là sont payés pour "discourir" sur des sujets que par définition ils ne pratiquent pas (ça leur permet de garder un peu d'indépendance d'esprit). Un chercheur en sciences politiques et un élu, ce n'est pas pareil. On ne confond pas un historien d'art et un artiste. Un anthropologue, ce n'est pas la même chose qu'un Nambikwara. Tout le monde comprend ça, et personne (sauf les fascistes) ne songerait à interdire à ces experts de "discourir" sur leur sujet de spécialité. Je ne dis pas que les lecteurs de Détective trouveront ça forcément intéressant - mais il en faut pour tous les goûts, il y a aussi les lecteurs du Monde diplomatique. Je ne dis pas non plus que c'est forcément très utile… Mais après tout, l'utilité de la photographie, ça se discute aussi…

La deuxième chose qui va étonner Frozen, c'est que le Nambikwara, l'artiste ou l'élu ne sont pas forcément d'accord avec la vision de leur monde qu'a le chercheur. Oui, l'historien et le témoin de l'histoire se chamaillent souvent, en prétendant chacun avoir raison, c'est un classique. Ils ont simplement des points de vue différents. Pour ma part, je laisse chacun libre de choisir le point de vue qui l'intéresse…

Enfin, concernant la photo, je vais encore surprendre Frozen, mais je ne suis pas tout seul: il y a pas mal de chercheurs en France spécialistes de ce domaine (la seule différence, c'est que les autres n'ont pas de blog librement accessible et ouvert aux commentaires). Ils dirigent des étudiants, qui sont nombreux à s'intéresser à l'histoire, à la sociologie ou même à la théorie de la photo. Ce qui n'empêche pas qu'ils soient aussi invités par une école professionnelle comme Louis Lumière pour faire des conférences ou participer aux jurys - comme quoi, il y a des écoles professionnelles moins fermées à la diversité des points de vue que ce blog…

Mais il existe en tout cas une solution simple si l'on n'aime pas les chercheurs et si l'on ne veut pas être dérangé dans ses certitudes: c'est d'éviter de se promener sur leurs blogs… ;)

Anonyme a dit…

Bonjour

C'est toujours agréable de vous lire.
Par curiosité vous auriez des ouvrages sur la pratique de la photo à recommander pour un plus que novice.

Fabien

Frozen Piglet a dit…

Le praticien de la photographie marchande vous salue Monsieur le chercheur.
Sachez si cela vous inquiète que d'une façon générale, plus grand chose ne m'étonne en ce monde fait de lâcheté et de compromission. Je ne connais pas de nambikwara, mais j'ai croisé des sateré-mawé. Je me souviens, c'était rue de Charenton. Des artistes et des élus (ou qui croyaient l'être élus), j'en ai croisé des tas qui bouffaient des cacahuètes.
J'ai même croisé des chercheurs et des sociologues assez aimables.
J'ai aussi croisé une fois Di Marco qui dessinait les illustrations de "Détective". Le top du professionnel, respect. Louis Lumière c'est l'école qui forme des techniciens qui vont travailler chez Kodak non ? Oh les pauvres !

Je confesse que je vais sur votre blog de temps en temps quand le sujet m'intéresse en espérant au moins autant voir l'esprit saint descendre sur moi et m'illuminer (*), que pour lire les commentaires avant (si possible) que vous les "amendiez" tel un templier des temps modernes.
Non non sérieusement, j'adore ce que vous faites !

Dérangé dans mes certitudes, je le suis tous les jours quand je constate que c'est encore pire que ce que je croyais. Et voyez-vous, vos commentaires, je les publie in extenso.

Sinon pour l'ordre national du mérite, vous l'avez déjà alors ? Hein c'est ça !

(*) Ça ferait tellement plaisir à ma pauvre mère ...

Frozen Piglet a dit…

Mon cher Fabien

Merci pour ce message que je vais prendre comme un encouragement. Je ne vais pas être d'une grande utilité sur cette demande.
Je lis rarement des livres sur la pratique de la photographie à laquelle globalement je ne comprends rien.
L'essentiel est de faire croire aux autres que tu y connais quelque chose, quitte à te confronter ensuite à ta médiocrité en petit comité (genre entre toi et toi-même). On ne sait jamais, sur un malentendu, ça peut marcher. J'ai vu des nullités accéder brutalement à une certaine forme de notoriété assez inespérée.
C'est génial la photo !

Anonyme a dit…

<<Par curiosité vous auriez des ouvrages sur la pratique de la photo à recommander pour un plus que novice.<<

Vous avez l'embarras du choix,
Commencez par les leçons de Stephen Shore

RLZ

Anonyme a dit…

<<Louis Lumière c'est l'école qui forme des techniciens qui vont travailler chez Kodak non ? Oh les pauvres !<<

Les types qui sortent de ENSLL ont en général du boulot dans le monde de la photographie et une bonne partie d'entre eux font réellement des images.
Mais je ne pense pas que les slogans de l'UPP soient leur tasse de thé, ils n'ont pas besoin de désigner un coupable.

RLZ

Gunthert a dit…

Frozen nous le dit: plus grand chose ne l'étonne. On n'est pas fait pareil, moi, tout continue à me surprendre. Par exemple quand quelqu'un qui brandit sa pratique professionnelle comme un étendard (contre ceux qui pérorent à tort et à travers sur la photo), montre qu'il connait si peu son propre métier: "Louis Lumière c'est l'école qui forme des techniciens qui vont travailler chez Kodak"… Même par goût de la provoc, c'est triste qu'un photographe en arrive à dire de telles bêtises, à propos de la plus importante école professionnelle française. Comme le notait finement RLZ: "Ce qui est amusant, c'est que les individus qui font foi et profession d'ouvrir les yeux, ne les ouvrent pas plus loin que le bout de leur nez."

C'est peut-être son goût du paradoxe qui fait revenir les lecteurs sur ce blog. Comme par exemple les leçons de civilité que ne manque jamais de m'adresser Piglet, en revendiquant haut et fort de publier les commentaires sans censure… Tout en pratiquant abondamment l'insulte, l'insinuation malveillante ou la disqualification poujadiste, qui sont comme chacun sait autant de preuves évidentes du respect de l'interlocuteur… ;)

Finalement, je tombe d'accord avec Frozen. Rien de plus énervant que les donneurs de leçons, "ceux qui passent leur temps à discourir sur la photo, alors qu'ils sont tellement peu à maitriser vraiment le sujet. Je parle de ceux qui sont sûrs de la justesse de leurs propos à tous points de vue. Ces gars-là doivent souffrir d'un total manque de confiance en eux"… Bien vu, Frozen, bien vu… Achetez-vous un miroir, et vous aurez peut-être une surprise… ;)

Ramon Totolo a dit…

Un vrai photographe va aux pissotières. Pas par hommage à Duchamp, mais comme ça les appareils en bandouillère, même s'ils glissent de l'épaule, ne se prennent pas un jet.
Et ça, je l'ai appris à Louis Lumière. Alors, hein...

Giuseppe Owistiti a dit…

Pisser sur son D4, ça n'a pas de prix. Pour tout le reste, il y a Eurocard Mastercard...

Frozen Piglet a dit…

Pour une raison qui m'échappe, vous aimez faire des citations à l'aide de phrases tronquées. Cela vous regarde. Moi je m'en fous.

Qu'est-ce qui vous préoccupe exactement ?
Que des gens viennent et reviennent sur ce blog pour lire mes bêtises ?

Je vais vous dire un truc. Internet et les nouvelles technologies ont sans doute démocratisé la production d'images (souvent médiocres d'ailleurs), mais cela a aussi libéré la parole en donnant un espace d'expression à ceux qui ne l'ont jamais.
C'est comme ça, il faudra vous y faire mon cher Dédé

Frozen Piglet a dit…

Nous on s'y fait bien !
Pas vrai les mecs ??

Anonyme a dit…

Alléluia!!!

Anonyme a dit…

Comment est-il possible d'être encore maître de conf à plus de 50 ans ?

Anonyme a dit…

Comment se fait-il que des professionnels de 50 ans et + puissent se sentir en concurrence avec de modestes amateurs qui photographient des chatons et les postent sur le net.

RLZ

Frozen Piglet a dit…

Je ne peux pas publier certains commentaires
Mais je les lis

Gunthert a dit…

Je suis tout à fait désolé si j'ai dérangé vos habitudes en tentant de vous apporter la contradiction. Il est clair qu'il est plus facile de médire sur les maîtres de conférences, sociologues et autres empêcheurs de penser en rond en leur absence. Comme chacun peut l'apercevoir, ce n'est donc pas un dialogue qui est souhaité ici, mais seulement un jeu de massacre triste et malsain.

Gunthert a dit…

(Enfin, comme chacun pourrait l'apercevoir, si les commentaires injurieux n'étaient pas dépubliés, ici comme ailleurs, n'en déplaise aux donneurs de leçons ès blogging…)

JulienM a dit…

Ca me rappelle un adage anglo-saxon:

"Those who can, do; those who can't, teach"

Frozen Piglet a dit…

Pas de commentaire

Frozen Piglet a dit…

Mais vous serez toujours le bienvenu

Grégoire a dit…

A Gunthert, si l'on paye un chercheur,c'est pour qu'il réslise une analyse pertinante. Ce que tu nous livre ici est juste un ramassit de jugements à l'emporte pièce, des vérités toutes faites, non étayées: "l'illustration n'a jamais payé les photographes", "le reportage ne fait plus vendre". En tant qu'analyse de la part d'un chercheur, c'est vraiement très mauvais. Ne vient pas ensuite t'étonner que le mélange entre la faiblesse de tes propos et ton arrogance de donneurs de leçon soit particulièrement indigeste et provoque des réactions a de acerbes certains.
Maintenant, si tu as quelques chose de plus pertinant à écrire, je suis sûr que la plupart des photographes (y compris Frozen) seraient tout à fait prêt à t'écouter.

Frozen Piglet a dit…

Il faut comprendre que André Gunthert ne s'adresse pas du tout aux photographes. Pour lui la photographie, ce sont des photos et c'est tout.

Gunthert a dit…

@ Grégoire: "l'illustration n'a jamais payé les photographes", "le reportage ne fait plus vendre". Je maintiens ces 2 points. Ils s'agit certes de raccourcis (ici, on est coupé à 4000 signes), mais à condition de ne pas me faire dire n'importe quoi (façon Jean Miaille qui me répond: quoi quoi quoi? La photo ne fait plus vendre? Quelle belle connerie! - ben oui, c'est justement pour ça que je ne l'ai pas dit…), et si on pouvait discuter calmement, peut-être qu'on pourrait avancer autrement qu'en insultant systématiquement son interlocuteur (sale feignant de fonctionnaire payé à se tourner les pouces…)

Les banques d'images existent depuis la fin du XIXe siècle, elles ont toujours construit leur économie sur la baisse du coût unitaire et sur une rationalisation de la gestion par un système de base de données. Donc Fotolia, rien de neuf, on est sur un principe de commercialisation qui n'est pas fait pour rapporter au photographe, mais à la boîte.

Le reportage est une invention des années 1920. Tous les grands magazines se lancent grâce à lui, et là, oui, ça fait vendre! Mais le déclin de cette ressource s'amorce dès les années 1950-1960 (Life s'arrête en 1972), et les patrons de presse vont se tourner vers le people, plus lucratif.

Grégoire a dit…

Le problème est peut être celui-là. Qu'il a des choses "plus ou moins utiles" à dire en ce qui concerne la pratique de la photographie de manière générale mais qu'il s'éloigne trop de son domaine de compétence lorsqu'il s'exprime sur la photogrpahie professionnelle...

Gunthert a dit…

@Frozen Piglet: Pour moi, la photo, ce sont des pratiques. Il y a les photographes preneurs d'images professionnels, mais aussi toutes sortes d'autres acteurs: inventeurs, éditeurs, politiques, associatifs, amateurs, artistes, savants, commerçants, fabricants, syndicalistes, journalistes, critiques, théoriciens… C'est tout ce petit monde qui participe depuis 1839 à l'édification d'un paysage sacrément bariolé, qui a connu déjà trois ou quatre révolutions majeures… Et si on ajoute que la photo a aussi des liens forts avec le cinéma, la peinture, la presse, la politique, la médecine, les sciences expérimentales, etc…, je peux vous assurer que c'est un domaine où un chercheur ne s'ennuie pas une seconde!

Grégoire a dit…

@Gunthert nos derniers messages se sont croisés.
Si la pratique de Fotolia n'a rien de fondamentalement nouveau, il me semble qu'il y a des évolutions récentes dans les pratiques de ces banques d'images qu'il serait bon de relever. En tout cas, le propos de Frozen de dénoncer le partenariat de Fotolia avec le CLEMI me paraît assez juste.
En ce qui concerne la presse People, je crois que c’est celle qui s’est le plus ramassée ces dernières années (http://www.lefigaro.fr/medias/2013/05/26/20004-20130526ARTFIG00170-les-ventes-de-la-presse-magazine-souffrent.php)
Maintenant, n’étant pas un spécialiste du domaine (et ayant autres choses à faire), je vous laisse.

Frozen Piglet a dit…

L'ennui c'est que quand Gunthert écrit:

" Il y a eu une photo avant les pros, elle continuera d'exister après . Pas forcément moins bonne ..."

La messe est dite et elle conditionne tous les échanges qui suivent.

Gunthert a dit…

@Frozen Piglet: Oui, c'est clair: notre désaccord vient du fait que je prend en compte la production non marchande, ce qui est parfaitement normal pour un historien de la photo (oui, au fait, je suis historien, pas sociologue). Ce n'est pas la peine de me faire passer pour un mauvais chercheur ou un fonctionnaire planqué pour justifier votre haine, le gratuit suffit… ;)

Gunthert a dit…

"La messe est dite" Effectivement, vous m'avez jugé sur une phrase, que vous ne comprenez même pas. Si ce que j'ai voulu dire vous intéresse, je peux vous l'expliquer. Mais ça m'étonnerait: il est bien plus rentable de m'utiliser comme une de vos têtes de turc (il n'y a qu'à compter le nombre de commentaires de ce billet…)

Frozen Piglet a dit…

On ne peux pas piétiner une vraie compétence qui s'exprime dans un métier et une histoire et s'étonner ensuite de voir son expertise remise en cause par ceux-là même qu'on flingue à bout portant. C'est tout

Anonyme a dit…

<<" Il y a eu une photo avant les pros, elle continuera d'exister après . Pas forcément moins bonne ..."<<

Il me semble que l'on voit cette évolution tous les jours, et je ne vois pas du tout ou est le problème.
Si cette évolution est évidente c'est au professionnel de corriger le tir si cela ne lui convient pas, mais le professionnel type UPP préfère hurler au viol de ses droits (quel type de droit, on ne sait pas trop), plutôt que de rendre évident la différence entre pro et amateur.

L'évolution que j'observe, c'est la profusion (et non la vitesse) et cette profusion n'est pas à l'avantage du professionnel qui se distingue par son statut, mais à l'avantage de la visibilité, qui peut être du camp des amateurs comme des professionnels, mais qui demande de toute façon beaucoup d'énergie.
Les professionnels sont souvent fatigués par le travail que leur demande une image, mais si en plus il faut se rendre visible, c'est trop leur demander ^-^ !!!

RLZ

sylvain joseph a dit…

Moi , j ai trouvé un parapluie , c est un mec qui l a oublié en allant pisser sur son D4... j suis assez content , j ai pas perdu ma journée , car j ai une agence qui m a annulée 4 packshots d abricots (ils ont trouvés ce qui fallait sur une microstock) ou peut etre que c est un gamin présent pendant le truc du CLEMI qui m a doublé...Ben quoi ,je pleurniche pas ,et je conteste encore moins l avis des "experts" sur leur "sujet de specialité" sinon ça ferait de moi un facho... par contre faute de me coller mes abricots ou je pense , je redoute un peu le mois d aout , ca va être la saison de la pastèque... peut- etre, vais-_je rentrer dans l histoire de la photo en faisant le premier sténopé humain?
Ce blog est il vulgaire ? non pas dutout ,il y a vraiment des choses qui font mal au cul...

Gunthert a dit…

"On ne peux pas piétiner une vraie compétence qui s'exprime dans un métier et une histoire et s'étonner ensuite de voir son expertise remise en cause par ceux-là même qu'on flingue à bout portant."

Magnifique formule! Digne de Loyola… Peut-on redescendre de tant de grandiloquence? Nous ne sommes pas d'accord sur le gratuit. Ce n'est pas pour autant que je "piétine" qui que ce soit.

Tout part, je le rappelle, du tweet de Calvet, qui m'interpelle alors qu'il n'est pas question de la production professionnelle. Dans cette discussion, c'est moi qui ait été agressé par des gens qui ne comprenaient rien à mon propos. Quand on attaque les autres, il ne faut pas venir pleurnicher ensuite parce qu'on vous répond sur le même ton. Sortir un tweet de son contexte, c'est une technique (assez basse) pour me faire jouer le rôle d'épouvantail… Vu ma parfaite innocuité, c'est assez amusant. Il est donc visiblement bien utile, pour mieux se faire plaindre, de se fabriquer quelques ennemis imaginaires. Mais tirer sur des marionnettes n'a jamais fait avancer quoique ce soit (sauf bien sûr les statistiques d'un blog)…

Anonyme a dit…

<<peut- etre, vais-_je rentrer dans l histoire de la photo en faisant le premier sténopé humain?

Trop tard,
C'est une pratique assez courante.
Je crois même que cela porte un nom,
Mais c'est la bouche qui est utilisée.

RLZ

Anonyme a dit…

"l'illustration n'a jamais payé les photographes"
Eh bien je dois être l’exception, ça fait 32 ans que je ne vis que de mes droits d'auteurs issues d'images d'illustration...

sylvain joseph a dit…

RLZ ,pour rendre une image visible, il y a des agences , qui ont des chefs de projet , des directeurs artistiques ,des retoucheurs,des créas , des rédacteurs etc etc... et parfois même ,ce sont leur métier parce qu ils ont fait des études dans ce métier... j suis pas garagiste en reconversion ou trou du cul qui vole le taf des autres , j suis photographe,avec une inscription en chambre des métiers pour la partie atisan et des déclarations a l agessa pour la partie auteur...inutile de préciser que j ai des minimums forfaitaires que j ai parfois bien du mal à régler... mais ça , évidemment c est pas ton probléme. Si tu ne connais pas de quel droit les gens de l UPP se revendique , je t invite à consulter quelques notions juridiques concernant notre profession . Un peu comme si tu consulterais légifrance si tu avais bouffé un trépied dans la tronche parce que tu étais sur une prise de vue d un autre... en terme de visibilité ,je n ai pas trouvé ton intervention très inspirée ,RLZ "anonyme"...

Anonyme a dit…

<<Si tu ne connais pas de quel droit les gens de l UPP se revendique , je t invite à consulter quelques notions juridiques concernant notre profession .<<

Je suis photographe professionnel depuis 1976
Et je ne suis pas d'accord avec l'UPP,
Je trouve cette politique de droit d'auteur suicidaire,
Mais je ne suis pas contre le droits d'auteur,
Je le gère autrement,
Sans passer pour un dingue auprès de mes clients.

RLZ (je ne suis pas anonyme)

Frozen Piglet a dit…

Des fois je suis fatigué

Anonyme a dit…

Prends ta retraite,
Tu verras c'est un truc cool.

RLZ

Gunthert a dit…

@Anonyme 18h07: On parle de Fotolia, donc d'illustration industrielle, pas de peinture sur soie! C'est vrai qu'ils sont fatigants vos lecteurs, Piglet.

Anonyme 18h07 a dit…

@Gunther
Malheureusement ce domaine de la photographie est amené à disparaître. Mes principaux diffuseurs (agences d'illustrations) ferment les uns après les autres (laminées par la baisse des prix induite les microstocks) et plus personne ne créera et n'indexera ces contenus qualitatifs. Avec la perte de ces agences, nous avons perdu de véritables joyaux constitués de millions d'images indexées par des iconos spécialisés (imagerie scientifique, nature, environnement).
C'est un nivellement par le bas, un appauvrissement certain pour la collectivité. Les beaux magazine se plaignent de n'avoir plus de sujets de qualité à publier (ouvrez un Terre Sauvage, vous comprendrez de quoi je parle), évidemment les pros qui finançaient leurs reportages avec les revenus des images d'illustration sont condamnés désormais à organiser des stages photos pour des wannabe pro photographer. Et pendant ce temps la création qualitative jadis générées par les pros ne se fait plus...

Anonyme a dit…

Riton, pouvez-vous développer la façon dont vous gérez le droit d'auteur autrement ?
Qu'est-ce qui vous différencie de l'UPP ?

Frozen Piglet a dit…

Henri gère le droit d'auteur par la seule force de sa pensée, en buvant un verre de Chablis. Tout le monde sait cela.

Gunthert a dit…

@Anonyme 18h07: Pas convaincu par la qualité d'indexation des grandes collections, tout ce que j'ai vu de près, de Roger-Viollet à Bettmann/Corbis, est présenté sur le papier comme super-indexé, mais présente en réalité de graves lacunes, qui trahissent l'impossibilité d'appliquer les programmes méthodiques revendiqués. En revanche, je suis d'accord pour dire que la perte la plus importante des métiers de la photographie des 20 dernières années, c'est la liquidation des iconographes, car c'étaient elles (le plus souvent des femmes) qui préservaient la mémoire et la maîtrise, souvent exceptionnelle, d'une collection. Je n'ai pas l'impression qu'on en parle tellement, et pourtant, dans la presse comme dans l'édition, la perte majeure est là.

Anonyme a dit…

<<Riton, pouvez-vous développer la façon dont vous gérez le droit d'auteur autrement ?
Qu'est-ce qui vous différencie de l'UPP ?<<

Je ne travaille que sur commande,
Et sur base d'un prix de journée,
Sans le moindre contrat, ni la moindre autorisation,
Je fais mes photos, comme un boulanger fait son pain,
Et je fais une facture selon le prix convenu,
Et le client peut utiliser les images comme il veut.

C'est simple, efficace, nul besoin d'avocat, nul besoin de suivre les dizaines de milliers d'image que j'ai pu vendre, et aucune perte de temps en rédaction de contrat, et le client pige tout tout de suite.
En procédant ainsi, j'ai piqué des clients à des UPPmen en étant 30% plus cher, alors pour s'emmerder, les clients trouvent cela plus simple, et je ne suis pas perdant, loin de là.

Et l'UPP met en avant un système complètement has been que plus personne ne comprend.

RLZ

sylvain joseph a dit…

@rlz vu ton fonctionnement, il y a peut être une prise de vue qui va t intéresser...
http://www.theatre-contemporain.net/annonces/Offres-emploi-remunere/Recherche-photographe-pour-prises-de-vue-d-un-spectacle-theatral-annonce57290

Anonyme a dit…

Le smic horaire n'est pas vraiment mon tarif
Je décline la proposition
Mais c'est sympa de proposer des boulots.

RLZ

sylvain joseph a dit…

@rlz c est vrai que c est pas très cher payé, mais apparemment il y a une visibilité à travers leur site et puis là au moins ... on est pas tracassé avec les droits d auteurs, l annonce est claire! Le probléme , c est que si j écoute mon banquier ou la RSI, je me devrais de prendre cette prise de vue... Le pire c est qu il y a certainement quelqu'un qui y a répondu...parce qu il a pas le choix (comme moi , mais moi j suis une faignasse pleurnicharde...pour ça que j y vais pas)ou peut etre bien qu avec un iPhone ,il y a un mec dans la salle qui va gratter 50 balles, attend , c est bien mieux payé que fotolia, ainsi va aussi la photo...

Anonyme a dit…

Maintenant si les vieux de la vieille font du dumping comme Riton on comprend mieux que les diffuseurs se frottent les mains...
Passé un certain âge il vaudrait mieux prendre sa retraite plutôt que de déféquer dans les bottes des petits jeunes qui dans ces conditions ne sont pas prêt de s'en sortir.
Riton, le CPI c'est pas si compliqué que ça...

Anonyme a dit…

"Nous n'accepterons pas éternellement que le respect accordé au masque des philosophes ne soit finalement profitable qu'au pouvoir des banquiers." Paul Nizan, Les chiens de garde.

"Nous n'acceptons rien des discoureurs pseudo intellos, de la photographie, ce sont des vendus du marché libre de droit dominant".
Joe Tof.

Anonyme a dit…

<<<Maintenant si les vieux de la vieille font du dumping comme Riton on comprend mieux que les diffuseurs se frottent les mains...<<<

Je ne savais pas que le dumping c'était vendre plus cher que ses confrères.

RLZ

Anonyme a dit…

Hi there, I log on to your blog commonplace. Your document style is piquant, put up the good handiwork!
http://www.skilledpills.com

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...