lundi 5 novembre 2018

TF1 n'a pas d'argent

Publié sur la page Facebook de Philippe de Poulpiquet - Photographe salarié du "Le Parisien"
Amis Photographes, (encore) une proposition très sérieuse aujourd’hui de TF1 qui « adore » une de mes photos que j’ai réalisée d’un célèbre artiste. Vous allez aimer : « TF1 souhaiterait la diffuser pour leur cérémonie des NJR Music Awards en la projetant 3 fois sur leur écran géant » (devant plusieurs millions de téléspectateurs). Génial! Petit problème, ils n’ont « pas de budget ». Mais « TF1 propose en échange de mentionner mon nom et celui de mon journal à la diffusion » (d’ailleurs je vois mal comment c’est possible).
Alors je me suis permis cette petite réponse pour les éclairer : « Essayer d’imaginer un jour un monsieur qui entre dans une boulangerie pour acheter du pain. Il prend trois baguettes et explique au boulanger qu’il n’a rien pour le payer, mais qu’il ne manquera pas de mentionner son nom et celui de sa boulangerie à ses invités lors du déjeuner prestigieux qu’il a organisé ! Je pense que le boulanger, qui se lève tous les matins depuis 25 ans pour faire son pain, appréciera ou va peut-être chasser le gentil monsieur à coups de pompes dans le cul non?! Si il n’a pas appelé les flics avant d’ailleurs ?! ». Ma réponse est éclairante ou pas? Allez, merci TF1. 😉
PS: Et encore je mesure chaque jour ma chance, car je suis salarié d’un grand journal, alors pensée et soutien total à mes amis indépendants !


vendredi 19 octobre 2018

Rest in Peace



Parfois je repense à l'époque bénie où n'importe quelle start-up pouvait se faire financer son projet à la con à condition qu'il soit connecté et que son objet comporte l'expression "journalisme citoyen". Il pouvait même profiter du réseau de l'AFP, comme marche-pied.
C'était le bon temps. Hein les gars ?? Ce jugement du tribunal de commerce ne date que du 6 septembre dernier et l'histoire se termine donc par une liquidation judiciaire (02/10), une belle faillite et 1 052 700 euros de pertes pour la dernière année d'exercice. J'espère que les actionnaires ne vont pas se jeter par la fenêtre comme en 1929. Non parce que j'ai des projets pour eux. Non mais revenez les gars ! Revenez ! J'ai plein d'idées pour vous !

FP

Au cas ou vous auriez suivi l'histoire, la société qui avait repris Citizenside est elle aussi en liquidation et celle qui avait repris celle-ci est sub-claquante. C'était bien la peine de nous accabler de néologismes à la noix. Pas vrai A.G. ?

jeudi 18 octobre 2018

La Vie d'Artiste

Certains prétendent que le Palais de L'Elysée serait à la dérive, que l'équipe qui dirige l'état serait une bande de d'amateurs et d'incompétents, que sa communication serait à la masse. C'est très exagéré. Regardez la dernière intervention du Président de la République, celle avec ses pages formats A4 toutes raturées, genre moi au moins je travaille,  pas comme vous tas de fainéants. Et bien moi je dis que le type qui a conçu et réalisé l'éclairage de cette intervention est digne de Ingmar Bergman. Le gars mérite un César au minimum. Si ça se trouve, il est suédois et travailleur détaché ? Bon juste un petit bémol, il manque une plante verte en arrière plan pour bien se marier avec la lumière ambiante. En tout cas, c'est sympa de prendre des stagiaires en première année d'école privée de cinéma. Arriver à ce niveau de technicité quand est rentré le 1er septembre sur les bancs de l'école et qu'on est le 18 octobre seulement, il faut le faire. Bon la lumière est un peu verte et on a un peu oublié le sujet principal, mais le budget alloué ne permettait pas d'acheter des gélatines pour les projos et la balance des blancs en automatique du caméscope est un peu à la rue à cause des drapeaux. Nouveau monde, nouvelle politique, nouvelle économie, c'est aussi la nouvelle nouvelle vague ou quoi ?

Frozen Piglet


jeudi 11 octobre 2018

Combien gagne un photographe ?

Combien peut bien gagner un photographe professionnel ? Bah ouais hein combien ?? C'est la question que tout le monde se pose et on veut avoir une réponse ! Des fois qu'on pourrait s'y mettre nous aussi à se baisser pour les ramasser.

Pour commencer et de manière générale, un photographe ne gagne rien avant d'avoir payé les frais qu'il a engagé et l'amortissement de son matériel, ainsi que son entretien et son renouvellement (du matériel, pas du photographe). Sauf s'il a un petit vélo dans la tête, parce que il a atteint pour la première fois  2000 euros de facturation à la fin d'un mois et qu'il claironne donc partout qu'il gagne 2000 euros par mois. Un travers fréquent chez les nouveaux venus qui pètent un câble dés qu'ils ont gagné 3 ronds alors qu'ils "shootaient" jusqu'ici gratuitement ou presque. On en reparlera quand tu seras à 230 le mois suivant mec. Ah ah ah ! Quelle rigolade !
Ensuite, c'est là que cela se complique, le pro doit payer ses contributions obligatoires (assurance maladie, mutuelle, retraite etc ...) selon un statut qu'on lui a imposé la plupart du temps. Les photographes nouveaux venus sont aujourd'hui, très souvent logés à la même enseigne que les connards de chauffeurs de VTC, les livreurs de Pizzas pustuleux Deliveroo et autres métiers précaires de merde, comme les acteurs de prono. Un non statut résultat de la politique ultra libérale de tous les gouvernements de motherfuckers qui se sont succédés depuis des décennies. Les autres ? Ben ils sont auteurs ou ce genre de conneries et c'est pas mieux. Cela dit, les photographes bénéficient souvent en prime, d'une hernie discale (en fin de carrière de préférence) et pour certains, je vous rassure très peu nombreux, d'une " allocation pour frais d'emploi "désignée improprement sous le vocable"d'abattement fiscal" (*), car ils ont la carte de presse (c'est une opération blanche pour eux, puisqu'ils ne récupèrent pas la TVA, exemple: 1300 euros acquittés sur un Nikon D5 à poils). Ceci dans le but inavoué de désigner l'ensemble de la profession de journaliste à la vindicte populaire et d'en faire l'une des plus détestée de France, en la pointant comme un ramassis de privilégiés et de vendus. 
C'est pourtant vrai ! Moi par exemple, j'ai vu mes revenus divisés par 3 depuis 15 ans et pourtant, jamais je n'ai produit autant d'images, donc de valeur. La valeur d'une image, parlons-en. Pour cela, le mieux est de regarder l'évolution des tarifs d'agence sur les images de presse et d'illustration.

Sur le tableau ci-dessus, vous pouvez suivre l'évolution du prix de vente en Dollars US des images d'un photographe qui en compte 20 000, archivées dans une des première agence mondiale. On voit que le tarif passe de 241 USD la photo à 18 USD entre 2003 et 2017, soit sur une période de 15 ans. Encore faut-il noter que le photographe ne touche que 50% de cette somme et seulement 30% quand il y un intermédiaire. Ce qui fait brut: entre 9 et 2,7 USD (putain la chance) et encore faut-il noter que nous ne sommes pas du tout dans un Microstock. Même si cette agence propose des licences en droits gérés ou libre de droits au choix. Faut-il vous faire un dessin ? Quelle profession pourrait résister à ce rouleau compresseur sponsorisé et organisé par Internet et son cortège d'enculés ?
La suite au prochain numéro, j'ai du boulot.

Frozen Piglet

(*) Les journalistes saoudiens eux se font abattre directement et ensuite découper en morceaux.

Cette semaine, une des agences dont je suis un contributeur a vendu une de mes photos 315 USD, ce qui va me rapporter 157.50 USD bruts. Pas mal pour une photo sans grand intérêt. La précédente a été vendue 11.04 USD, je vous laisse calculer.













vendredi 14 septembre 2018

La solitude du photographe moyen

Bien sûr j'ai été publié dans le New-York Times, dans le Wall Street Journal, dans NEWSWEEK, dans El PAIS, dans La Républica, dans Le FIGARO, dans Libération et dans Charcuterie Magazine et plein d'autres trucs (VOGUE, Harper's Bazaar, Glamour, ELLE). Mais c'était des photos de merde que je préfère oublier. Bien sûr je suis contributeur pour 3 agences photo, dont 2 parmi les premières du monde, mais je vends pas grand chose et vu les tarifs pratiqués, je m'en fous un peu. Bien sûr j'ai travaillé pour des tas de groupes de presse anglais, américains, japonais, russes, italiens, des ONG, des associations, des agences de pub énormes ou toutes petites, des marques de bagnoles, des cabinets d'avocats, des ministères et des institutionnels (la peste et le choléra). Mais dans l'ensemble, c'était avant. Avant quoi ? Je ne sais pas précisément, mais avant (Hein quand j'étais  ?? jeune ?! Ouais ta gueule). Ce qui est sûr, c'est qu'aujourd'hui, je me sens un peu comme décalé et parfois je me demande si je ne suis pas un de ces photographes moyens. Attention pas nul ! Juste moyen quoi. Ben ouais sinon je serai invité sur France Culture pour parler de la mort du photojournalisme comme André Gunthert qui n'est pas photographe ! Dans (presque) tous les métiers, il y a les stars, les cadors, il y a aussi des nazes qui bossent comme des cochons (joke) et puis il y l'armée de mecs moyens où je dois être chef d'escadrille parce que finalement, je m'en sors toujours. Plutôt mal que bien, mais je m'en sors. Bon évidement, c'est pas très flatteur pour l'égo de n'avoir aucune perspective de recevoir un jour le VISA d'or ou le WorldPress. T'as déjà vu un "WorldmoyenPress" ou un "VisaMoyen d'Or" toi ? Eh ben moi je dis que ça devrait exister, comme-ça je pourrais peut-être l'avoir. Et dans la foulée, on pourrait décerner un "WorldphotoshitPress" et un VisaMerde d'OR. Comme ça y'aurait pas de jaloux et là, je suis sûr que je l'aurais !

Frozen Piglet

mercredi 5 septembre 2018

Désolé, vous êtes FreeLance

Dans les cafés ou les bars parisiens, j'écoute parfois en gloussant la conversation des lapins de 3 semaines nés en incubateur, qui peuplent les jeunes pousses de la "StartUp Nation" de Macron. On se demande par quel miracle, tous ces enfants précoces ont eu le bac avec mention et leur master 2 en innovation numérique ("montez votre startUp en vous formant"), les doigts dans le nez, et ça malgré leur orthographe disruptive, leurs 10 fautes par post sur FaceBook et leur allergie aux produits laitiers. Ils sont trop forts. Moyennant quoi ils se mettent à couiner comme des truies qu'on égorge quand ils doivent faire semblant de travailler jusqu'à 21h00 et se faire livrer par Uber Eats: "Vas-y ! Prends-la ta bouffe de merde ! Enculé !" (ça c'est le livreur qui a même pas de Master 2 en innovation numérique). 
Moi je vais vous dire. Alors qu'un nouveau monde n'a jamais été aussi attendu, celui qu'on nous désigne n'est qu'une fiction de plus. Un univers pseudo post-moderne au bord de l'asphyxie (au propre et au figuré) qui cultive tous les travers de l'ancienne économie, mais à la puissance 10. Certains prétendent qu'on veut nous mettre en ligne aujourd'hui comme on voulait nous mettre à la chaine dans les années 60. Ça se défend.
Bon tout ça, c'est rigolo 5 minutes, mais j'en ai rien à foutre. C'est la rentrée et comme tous les mecs qui exercent ce métier de con, je me demande comment je vais me démerder pour gagner de quoi bouffer, payer mon loyer et acheter un D5. Ben oui, un Nikon D5. T'es con où quoi ? Tu crois tout de même pas que je vais me faire avoir par ces conneries mirrorless qui viennent de sortir. 
Oui, c'est la rentrée et je suis en conflit ouvert ou larvé avec à peu près tous mes employeurs pour des questions de droits liés aux réutilisations. Je suis remonté comme une pendule. Ça va chier.

FP 





lundi 30 juillet 2018

Homo Domesticus

C'est peut-être parce que le métier de photographe a perdu de son éclat que l'inspiration pour en parler me fuit. Il faut dire que de renoncements en petites humiliations, d'abdications en déceptions, de conflits larvés en conflits ouverts, la vie professionnelle  des photographes tend à devenir un calvaire. Je ne sais pas si les modèles de l'ancien monde sont dépassés, mais ceux du "nouveau", (celui appelé de ses voeux par une armada de connards décérébrés) puent salement de la gueule. Bien sûr l'idéal serait de faire travailler des mecs gratuitement pour remplacer ceux qui jadis prétendaient se faire payer. Curieusement à ce jeu-là, c'est souvent les gens à qui la vie a tout donné qui sont les plus acharnés à tenter de convaincre les autres qu'ils sont presque inutiles. D"ailleurs leur travail ne vaut pas plus qu'un sachet de chips et un t-shirt made in China. Ils n'hésitent pas à le dire et à l'écrire. 


Admirez la mention " Appareil photo avec réflexe numérique et flash", presque trop beau. pas vrai ? Juste en dessous, extrait d'un interview dans le Parisien, datant de 2008, du Président et propriétaire du RCT, Djamel Boudjellal, celui qui encourage le bénévolat et donne des leçons à tout le monde sur RMC Infos. Il est chevalier de la Légion d'Honneur et de l'Ordre National du Mérite, au titre de l'ensemble de son oeuvre. Il se dit de gauche et soutient Estrosi. On en est plus à cela près.

«J 'AI UN APPARTEMENT au poignet, ça pèse lourd 150 000 €. » Assis à une table bien en vue du Zinc, restaurant huppé de Toulon, Mourad Boudjellal exhibe sa montre, une Breitling en or sertie de diamants. Costume Versace, ceinture Hugo Boss, l'atypique président du Rugby Club toulonnais (RCT) multiplie les signes extérieurs de richesse : Ferrari 430 Spider Modena (190 000 €), Maserati Grand Turismo (150 000 €). « J'ai aussi une salle de sport, un tapis de course avec écran télé relié au câble et lecteur DVD intégré », tient-il à préciser. Sans pudeur, l'homme d'affaires de 48 ans tente chaque jour d'oublier ses origines modestes. « J'aime l'argent, je veux en profiter un maximum en attendant de mourir », assène-t-il.

On est les champions, on est les champions, on est, on est on est, on est les champions !
Bonnes vacances à ceux qui peuvent en prendre et bon courage aux autres.

Frozen Piglet


Le rugby, je m'en bats l'oeil avec une patte de langouste. Le jour où l'équipe de France battra les Blacks en finale de la Coupe du Monde, on en reparlera.

lundi 18 juin 2018

Et la connerie, quand est-ce qu'on l'interdit ?



Est-ce utile de dire que cette affirmation est totalement fausse ? Mais sur Internet, les crétins sont légion.

FP

vendredi 11 mai 2018

Fraises Tagada

On a beau dire, on a beau faire, l'argent que tu gagnes en pratiquant la photographie professionnelle, reste le nerf de la guerre. D'abord parce qu'il signe le fait que ton travail vaut encore quelque-chose. Ensuite parce qu'il faut bien payer ton Nikon D Kekchose et accessoirement tout un tas de trucs comme des chaussettes neuves pour remplacer celles qui sont trouées (3,90 euros chez UNIQLO à l'Opéra) ou faire mentir tous les cons qui pensent que la photo est forcément un loisir tellement facile avec le numérique, que tout le monde peut le pratiquer, un doigt dans le nez, un doigt dans le cul.
Les mecs qui ont voté Macron (c'est les mêmes), c'est un mystère pour moi. Un peu comme ceux qui aiment bouffer des oursins. Je ne comprends toujours pas qu'on puisse aimer cette merde orange. Personnellement, je pratique le vote blanc au deuxième tour depuis longtemps et désormais, je serai assez sûrement dans le camps des abstentionnistes assumés. De toute façon, tous les spécialistes de la spécialité s'accordent pour dire que les présidentielles de 2017 étaient les élections de la dernière chance. S'ils ne se trompent pas, la prochaine fois, c'est le saut dans l'inconnu. "L'exécutif incite les français à être patients avant de juger " qu'ils disent. Ça fait 30 ou 40 ans qu'on dit aux français d'être patients et d'attendre les résultats des mesures économiques, censées remettre sur les rails l'économie. Tout ce qu'on voit, c'est  un pays exsangue et incapable de produire autre chose que des boulots payés 1000 euros par mois et une hyper-classe de types qui se goinfrent comme des gorets. Dans ces conditions, il ne faudra pas s'étonner qu'une explosion sociale finisse par se produire. Surtout avec un projet de société qui vise à soumettre un max de gens en les condamnant à la précarité, sans aucun espoir de pouvoir en sortir un jour. C'est toujours le mépris et l'humiliation qui rendent les hommes mauvais et incontrôlables vous savez ? Croire que cette fois encore, l'intendance suivra comme toujours est totalement stupide. 
En même temps, les manifs, les grèves, les troubles à l'ordre social, c'est du pain béni pour les petits photographes qui commencent à se la raconter et qui courent partout casqués et habillés en noir. Plus besoin d'aller se faire tuer en Syrie, il suffit de marcher jusqu'au au coin de la rue pour faire des images du black bloc et des McDo qui brûlent en frémissant de l'échine et en se mettant du sérum phy dans les yeux. Ça tombe bien finalement, ça réduit les frais et les risques de se prendre une balle dans le cul. Samedi, j'étais moi aussi à l'Opéra pour le pique-nique de Ruffin (j'apprécie sa grande gueule, forcément) à la fois par curiosité et pour faire quelques photos (ben ouais kes t'as ta ?). À cette occasion, j'ai pu me rendre compte que les militants de la "France Insoumise" sont largement aussi cons que les autres. Ce qui ne m'étonne guère, mais ce qui donne un avant-goût de ce qui nous attend si un jour, ce parti arrive au pouvoir. Mon reportage, je l'ai envoyé le soir même à une de mes agences. Une semaine après, il n'est même pas téléchargé. Vive le joli mois de mai !

Frozen Piglet

C'est vrai, mes posts s'espacent, tout comme les commentaires de visiteurs.
Je ne vais pas vous faire le coup du mec débordé. D'ailleurs une majorité de gens pensent que les photographes n'en branlent pas une. C'est juste que je suis obligé de travailler beaucoup plus pour gagner ma vie et j'ai passé l'âge de vivre aux dépens de la collectivité. 







vendredi 9 février 2018

Encore des mots, toujours des mots, rien que des mots



Congrès, conférences de presse, salons, inaugurations et ministres en tous genres, les discours quand on est photographe de presse et qu'on cachetonne pour survivre, on en bouffe au kilomètre. Quand j'entends le mot discours, je sors mon 70-200 (Faut ce qui faut). Et dés que j'entends les mots ou les expressions: enjeux, projet, accompagner, revaloriser, mesures, dispositif, gouvernance, innovation, s'engager, revaloriser, défis, formation, train de mesures, demain, valeur, sur le terrain, je passe en mode VR pour pas être flou (comme le mec de l'AFP). Ben ouais ! À cause des soubresauts qui m'agitent légèrement à force de rigoler.
Alors comme dans la photo, il y a les pros et les amateurs. Les pros sont capables d'improviser sur n'importe quel sujet et même jacter pendant des heures, vu que c'est leur boulot. Chez les amateurs, c'est plus compliqué. Entre ceux qui deviennent violets à force de ne pas respirer entre deux phrases, ceux qui massacrent la ponctuation et la syntaxe, il y a la place pour toutes les genres de supplices. Parfois ça dure des heures, parce qu'ils sont plusieurs à avoir la légion d'honneur et qu'ils se repassent le micro dans lequel ils ont postillonné. La plupart du temps, ils se contentent de lire des textes qu'ils n'ont pas écrit. Ça tombe bien, personne ne les écoute et les gens sont juste là pour le cocktail qui va suivre. Mais ça donne du boulot au service com, au traiteur et au prestataire de services qui filme ce grand moment façon "Cecil B DeMille", pour en faire un film que personne ne regardera jamais.
Alors tu veux toujours être photographe pauvre con ?
Caramels, bonbons et chocolat !

Frozen Piglet

mardi 30 janvier 2018

ABCDEFUCK



2018 commence mal. À vrai dire, comme tant d'autres, j'ai perdu depuis longtemps tout espoir de modestement gagner ma life avec la photo de presse. Presque les 2/3 de mon activité sont aujourd'hui consacrés à la rédaction d'articles pour des gens indifférents et antipathiques (pour la plupart mais pas tous). Même comme cela, j'ai du mal à obtenir des revenus décents, alors que je travaille tout le temps. Cherchez l'erreur. D'ailleurs, ma première source de revenus pour 2017 restera l'AGS (Assurance Garantie Salaires) pour une belle liquidation judiciaire. Heureusement, on nous dit que la croissance dans la zone euro est au plus haut depuis 10 ans et aussi que les gens qui gagnent 1200 euros par mois coûtent encore trop cher. Evidemment, l'idéal serait de les transformer tous en micro-entrepreneurs (le nouveau nom pour les auto-entrepreneurs qui s'entreprennent tout seuls dans leur coin). Oui mais tout ça, c'est les foutaises répandues partout par l'armée mexicaine de connards privilégiés qui sévit dans les médias, celles qui consistent à dire que les métiers changent et qu'il faut savoir s'adapter, comme cela a toujours été depuis la nuit des temps. Ces inepties auront du mal à s'accommoder du déclassement social, de la division des revenus par 2 ou 3 (ou 4) et de l'explosion de la précarité. 
Parfois, je me souviens qu'il y a quelques années, j'allais à des conférences sur le futur de la presse. À cette époque là, des gars sûrement bien informés nous expliquaient que la presse papier n'existerait plus du tout en 2015 sauf peut-être en Chine et Inde. À cette époque, je croyais trouver des réponses aux questions que je me posais et en fait j'écoutais juste les conneries de mecs en pré-retraite des magazines. Où sont-ils aujourd'hui ? Peut-être au cimetière qui est comme chacun sait, peuplé de gens irremplaçables. Et ce sont sans doute leurs descendants qui nous expliquent que l'intelligence artificielle va nous remplacer elle-aussi. En fait, nous vivons juste une époque pleine de brutalité et de paradoxes où le futur plein de promesses est déjà réactionnaire avant même d'exister. Surtout, nous vivons une succession de spasmes numériques accompagnée d'une forme d'hystérie collective qui ne mène à rien. On dirait un bande d'autistes en train de rouler du caca entre leurs doigts. Bon en même temps, c'est un peu normal pour du digital, vous me direz. Mais les coutures de notre monde plein d'incohérences sont en train de craquer partout. Pour ma part, j'attendrai. Oui j'attendrai juste le jour ou cela va devenir insupportable et ce jour là, je ferai un beau reportage et j'aurai le World Press si ça se trouve. Ben ouais ! T'es con ou quoi ?

Frozen Piglet

En fait j'ai menti. J'ai honte. Je suis un nanti. D'ailleurs cette semaine, j'ai touché 83,78 euros sans rien faire. Voici la quote-part qui me revient après la fermeture pour liquidation (encore une mais c'est pas la même) d'une agence d'illustration photographique, faute de pouvoir me payer les 4 000 euros qui me revenaient en tant que contributeur. Elle a été victime des impayés de ses clients de la presse.  

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...