jeudi 26 mars 2020

Je ne suis pas ton petit Coco !



Je t'aime toi Coco toi Coco !


Il était écrit que toute une partie de la population (17% selon les opérateurs téléphoniques qui nous tracent par géolocalisation) de la capitale quitterait courageusement Paris ventre à terre, pour passer un week-end de 90 jours (ou plus) dans les maisons de famille et les petits cottages situés sur le littoral de la Côte Basque (avant c'était le Lubéron, mais c'est fini le Lubéron). Il faut dire qu'ils vivent tous en temps normal dans un pauvre studio de 25 m2 dans le 20ème les nazes. Alors on les comprend. Hein les gars ?

Moi je m'en fous je reste et s'il n'en reste qu'un ..., je me suis bourré de Nivaquine pendant des mois. Ah oui mais merde ! c'était en 1982-83 en Afrique et ça me donnait des nausées. Bon de toutes façons, j'ai des masques que j'avais acheté pendant le SRAS quand j'étais en Chine. Ah oui mais merde ! Ils sont périmés depuis 15 ans. Bon mais il vaut mieux un masque périmé ou rien ? Bof les masques, ça ne sert à rien. Enfin ça dépend lesquels, mais on les réserve pour le corps médical qui n'en a pas. Ah bon mais si on les réserve, alors pourquoi ils n'en ont pas alors ? Ils vont arriver qu'ils disent. On les a commandés. Il faut attendre et être patient. Bientôt, ils seront beaucoup moins nombreux à en demander, forcément.

Il faut se rendre à l'évidence, l'amateurisme, celui qu'on glorifie à longueur de temps a muté méchamment et il a contaminé toutes les couches de la société. Tant qu'il s'agissait de faire du pain aux céréales pleines de pesticides avec une machine (made in China), c'était pas bien grave. Et puis quelques années plus tard, elles sont devenues invendables même dans les vides greniers et elles pourrissent dans les décharges un peu comme les numériques de 1,4 million de pixels, CitizenSide et les photographes de Fotolia. 

Non mais le problème c'est que aujourd'hui, l'amateurisme nous tue tous. Bon pour les vieux des EHPAD, ça n'émeut pas grand monde. Il y en a plein en réserve et puis les morts, on les voit même pas. On a pas le droit d'aller à l'enterrement, donc ils n'existent pas. D'ailleurs, ils ne figurent même pas dans les statistiques de mortalité. Mais même pour les autres, ça fout les jetons quand même. 

Alors bien sûr, les premiers à morfler dans cette situation inédite, c'est tout le monde (hein bah si ! Regarde le prince Charles ! T'es con ou quoi ??) et aussi les mecs comme-nous. Ceux qui ne sont payés que quand ils travaillent et là le travail euhhh ... Comment dire ? Sauf que le Prince Charles, il continue à être payé.
Et puis dans les rédactions, ils veulent bien applaudir tous les soirs à 20h00, mais pas question de nous mettre au chômage technique, des fois qu'on pourrait toucher 3 euros et 6 sous. Ça ça leur arracherait le coeur à ces enculés ! Et pourtant du pognon il en faut bien pour acheter des pâtes, du PQ, des masques FFP2 volés, sur le bon coin et un Nikon D6 (le D6 vaut mieux pas sur le Bon Coin moi je dis).

Moi je m'en fous, j'ai la carte de presse et donc je sors masqué et ganté et je fais toutes les photos que je veux et quand je croise un jogger suant et postillonnant avec un gros cul et des chaussures toutes neuves, je change de trottoir. 

Bonne chance à tous et n'oubliez pas que "gouverner c'est prévoir" qu'ils disaient.

Frozen Piglet 


mercredi 25 mars 2020

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...