mardi 18 octobre 2022

Fuck en Stock








Depuis 20 ans, le prix moyen des licences sur les photos n'a cessé de se casser la gueule et une fois qu'il est arrivé à une somme où moins ce serait zéro, les petits fils de putes qui sont à la tête des banques d'images ont décidé de s'attaquer à la dernière variable d'ajustement qui restait, la durée de la licence (*) d'utilisation. Parce que des photos, ils en ont des centaines de millions, donc si t'es pas content c'est un peu comme si t'étais un moustique sur le dos d'un éléphant. Mais eux ils gagnent du fric quoi qu'il arrive. 

Ici, un bel exemple de licence de merde accordé pour une utilisation "Monde Entier" pour un usage éditorial, site web, application et social média pour illustrer un article avec droit d'archivage à perpétuité et un droit d'utilisation qui débute en octobre 2022 et qui se termine dans 10 ans. Ce qui signifie que l'utilisateur peut publier cette photo autant de fois qu'il le veut et ce pendant 10 ans. Initialement cette photo est en droits gérés (rights managed), ce qui voulait dire que le prix de cession de droits devait être calculé sur la base de l'utilisation qui en sera faite. Une règle qui a été dévoyée totalement, genre je te retourne et je t'encule Marie-Thérèse.

J'ai shooté cette photo (et beaucoup d'autres) à Tokyo, il y 3 ans et la banque d'image en question en a l'exclusivité. Ce qui veut dire qu'elle me rétrocède la modique somme de 1,2 US Dollar (soit 40% du prix de vente) et qu'elle se garde 60% de la somme totale.

Alors ? Tu veux toujours être photographe pauvre con ?

Frozen Piglet

(*) Licence : Contrat de cession de droits défini par le prix, les domaines d'utilisations et la durée d'usage

vendredi 14 octobre 2022

Oksana

De temps en temps, Paris-Match se souvient que jadis, il était un magazine qui racontait le monde. Bien avant que qu'il ne lèche le cul des hommes politiques ou qu'il fasse des publi-reportages sur les dictateurs en villégiature à Paris, pour faire du shopping chez DIOR ou chez Chanel, Paris-Match publiait des reportages. C'était il y a longtemps et rassurez-vous, cela ne dure jamais beaucoup plus que le temps d'un numéro. Cette semaine, j'ai entendu Patrick Chauvel, un des reporters de guerre français digne du plus grand respect, raconter l'histoire de cette photo et de cette enquête, de la mort horrible de cette jeune femme et de cette ignoble tragédie qui souille la Russie et l'humanité toute entière. 


Peu importe que sur son site, Paris-Match se trompe en disant que cette jeune femme avait 25 ans, puis dans le texte qu'elle en avait 34 ans. Il fallait absolument montrer cette photo. Cette photo qui hantera le monde pour longtemps, comme d'autres en leur temps. La question ne se pose même pas.
Elle montre qu'au delà d'être des fils de pute en certaines circonstances, alors que ces chiens se prennent certainement pour des héros, les soldats peuvent se conduire comme des monstres dénués d'une quelconque parcelle d'humanité. Comment ces mecs peuvent-ils regarder leur femme, leurs enfants dans les yeux après cela ? J'espère qu'ils seront pendus et qu'on crachera sur leurs tombes et sur leur noms pour l'éternité.


En enregistrant la page sur le bureau du MAC, je peux lire l'article dans son intégralité. 
L'article est publié dans le numéro de cette semaine.

Frozen Piglet


Là, l'interview de Patrick Chauvel sur C à Vous.




mercredi 28 septembre 2022

C'est la Rentrée




Ouais, enfin ça fait un moment que c'est la rentrée, je te signale et ça débute bien. Hier, 2 mecs d'une trentaine d'années ont essayé de me faire le téléphone dans la poche alors que je remontais la rue avec un gros sac à roulettes plein de matos. Le premier, je lui ai éclaté le coccyx à coup de pompes (ça doit être pour ça qu'on dit, je vais te monter en l'air ...). Il a poussé un petit cri d'animal blessé. Le second, je l'ai collé contre une bagnole pour lui expliquer que si je le revoyais dans le quartier, il rentrerait chez lui en pièces détachées. Ils ont détalé comme des lapins. Dommage que j'étais pressé, sinon vrai de vrai, je me serai bien battu avec ces deux minables pour évacuer toutes les frustrations que je ressens face à ce monde qui se démantibule de partout. On a beau être photographe, on en est pas moins homme. Enfin je crois.

Il y a quelques mois, j'ai ouvert un compte chez Shutterstock et chez Adobe Stock pour voir, vu qu'Alamy et les autres commencent très sérieusement à me chier dans les bottes. Eh ben j'ai vu. Comme je suis un peu maso, j'adore qu'une pseudo intelligence artificielle de mes deux trashe mes photos en m'expliquant que la mise au point n'est pas faite au bon endroit ou alors que mon appareil n'est peut-être pas assez performant. Ou même qu'elle m'indique que le motif du refus serait qu'un élément relevant de la propriété intellectuelle figure dans une photo de paysage. La meilleure étant de refuser une série en bloc, en prétextant qu'il s'agit d'un sujet rédactionnel réservé au titulaires de la carte de presse. Ça tombe bien, je l'ai pauvre conne d'AI.
Quelle rigolade ! C'est au moins aussi drôle que de se faire établir un arrêt de travail en cochant des cases sur un site de télé-consultation. Quand je pense que de toute ma vie, je n'ai jamais pris un seul jour d'arrêt et que même covid à mort, j'ai continué à bosser. Bon enfin passons ... Sur Shutterstock, j'ai quand même déjà gagné 1,49 USD pour 5 ventes avec moins de 100 photos. Trop la classe !

Sinon la boite que j'ai mandaté pour récupérer les droits sur mes photos volées sur internet  (inutile de me demander laquelle) m'a envoyé un relevé récapitulatif sur les dossiers en cours. Il y en aurait pour 220 000 euros, dont 55 000 pour un seul site du côté de l'Asie. Ça serait bien que le flouze, la moula commence à rentrer, parce que j'ai besoin d'un nouveau MAC à acheter et d'un 14-24 2,8 Nikon, plus un dos numérique pour mon Blad et un Z9 ou deux avec 3 optiques Z, plus deux trois autres trucs comme un écran 27 pouces tout neuf. 

La semaine dernière, j'ai fait des photos en prison. C'est au moins la cinquième fois que je fais de la prison (comme photographe, t'es con où quoi ?). La première c'était la Santé et puis Fresnes et Bois d'Arcy et puis je ne sais plus quoi. Je me souviens avoir été surpris par l'odeur, un mélange d'urine, de désinfectant et de vomis. Et aussi par les "Vas te faire enculer avec tes photos", "Range ton appareil sale fils de pute", "je vais te niquer ta mère et ta grand-mère", "fous-toi ton zoom dans le cul". Et j'en passe, tous des poètes ! C'est marrant, sur les chantiers "d'établissement carcéral", il y toujours une cellule témoin qui se visite, comme les appartements témoin dans les programmes immobiliers, là où t'en prend pour 20 ans, mais de crédit. 

Cette semaine, j'ai refusé un boulot qui ne se refuse pas, la veille pour le lendemain. Mais j'en ai rien à foutre. Il y a longtemps, je ne prenais jamais de vacances, je vivais seul et je travaillais tout l'été. J'avais toujours peur de laisser passer une belle opportunité. Mais tout ça c'est fini. Aujourd'hui, j'ai trop de boulot. On dirait que mon génie de photographe est sur le pont d'être reconnu, mais c'est trop tard. Je suis presque mort. 


Frozen Piglet

Sinon tu veux toujours devenir photographe pauvre con ?

mercredi 3 août 2022

J'aime pas Getty




J'aime pas les photographes de Getty non plus. D'ailleurs, c'est curieux chez ces mecs, ce besoin de faire des phrases entre 2 rafales de 283 photos identiques. Ce qui est encore plus curieux, c'est que les petits fdp avec leurs hybrides de mes deux se retrouvent en masse chez Getty pour vendre leurs photos à 20 centimes en Chine et foutre encore un peu plus le bordel. On avait pas besoin de ça. Moi j'y suis pas chez Getty, mais en fait j'y suis quand même malgré moi, à cause des accords croisés entre agences. Juste assez pour savoir que Getty est le rendez-vous de tous les escrocs de la presse et du web. Tous ceux qui viennent profiter de l'aubaine, de la sueur des autres et des abonnements à prix discount. Je ne comprends même pas que cette boite de merde existe encore avec un endettement monstrueux et un modèle économique qui ressemble tellement à UBER PHOTO qu'elle devrait être en faillite depuis longtemps. Comment être pris au sérieux par le service juridique d'un média qui t'as volé une photo vendue 20 centimes d'euros ? Je te le demande.

Par contre j'aime bien faire des photos dans la rue. C'est même une de mes occupations principales quand je n'ai rien à foutre, à part glander devant mon écran sur le net. Mes deux sujets favoris depuis au moins 2 ans, c'est les poubelles et les travaux à Paris, cette ville que j'aime devenue dégueulasse et que je ne reconnais plus. L'autre, c'est tous les crétins qui roulent sur des engins à 2 roues électriques ou pas en grillant les feux. A vrai dire, c'est les mêmes. J'envisage sérieusement d'acheter un cheval pour démontrer que oui, décidément c'était mieux avant. 

Parfois je suis étonné de voir la capacité d'autodestruction qui anime notre monde. C'est fascinant de contempler ce désastre et de voir Nabilla vanter les mérites du trading et se faire condamner à 20 000 euros d'amende alors qu'elle gagne 400 000 euros par mois avec des placements de produits et ses 5 millions d'abonnés. 

Dans 72h00, je serai en vacances dans les Alpes à faire chier les marmottes, mais au moins je pourrais respirer le bon air.  Passez de bonnes vacances les mecs et profitez de la vie en n'oubliant pas de rire de tout. Le reste n'a pas d'importance.

Frozen Piglet



lundi 27 juin 2022

Miskine



Samedi soir 00h20, rue des Martyrs, j'ai été à 10 cm de percuter de plein fouet un couple sur une trottinette LIME. C'était lui aux commandes, 16-17 ans, avec sa blonde derrière (ce qui est interdit. Pas la blonde ! D'être à 2, t'es con ou quoi ?). Ils roulaient à contresens (ce qui est interdit), sans protection (et j'ajoute sans assurance, ce qui est interdit) avec les écouteurs dans les oreilles (ce qui est interdit). Il a grillé le feu (ce qui est interdit) et a même refusé la priorité à droite (ce qui est très con). J'ai bloqué mes roues et j'ai dérapé sur 5 mètres pour m'arrêter pile avant de les couper en deux avec ma Chevrolet Corvette Stingray 7 Litres et demi ... Euh !! ma Renault Clio. Il est reparti avec le regard vide des immortels et sa copine avait quand même un air de panique dans les yeux et de la merde dans sa culotte. Il a continué en enquillant une rue à contresens. Il a eu raison de ne pas s'arrêter sinon, je lui faisais bouffer son e-scooter en pièces détachées et je lui enfonçais la batterie dans le cul avec le chargeur (c'est ce qui est le plus dur à passer). Vraiment j'en peux plus de ces petits connards.

FP


 

vendredi 24 juin 2022

Jambon de Paris




Parfois, je m'interroge sur ce monde rétrograde et sa faillite inéluctable, sur la vie, l'amour, la mort et la photographie. Mais jamais très longtemps parce que j'ai autre chose à foutre, comme trouver un 14-24 NIKON (pas trop cher) et faire nettoyer les capteurs de mes 2 D5 plein de merdes ou vérifier si je n'ai pas encore vendu une de mes sublimes photos 1$31 en Croatie, par l'intermédiaire d'une de ces fabuleuses banques d'images à la con. En fait ma vie est pitoyable et maintenant que je sais que je vais être représenté par Aymeric Caron à l'assemblée, je me demande en plus vraiment si elle vaut la peine d'être vécue. Sinon je dois changer le plat du chat.



La première agence photo dans laquelle j'avais signé est au cimetière du tribunal de commerce depuis longtemps. Qu'elle repose en paix. Il faut dire qu'elle était trop petite, pas assez structurée et pas assez réactive pour résister au raz de marée numérique qui allait survenir. Mais après tout, bien des agences beaucoup plus grosses ont bu la tasse de la même manière un peu plus tard. Simplement elles ont creusé plus profond et elles ont planté plus de photographes, sans jamais les payer, parfois même en faisant disparaitre leurs archives. J'ai les noms ! Moi ça m'a coûté 4 500 balles et les responsables ont disparu sans un regard et sans un mot.

En 2016, les mêmes arguments menant aux mêmes constats, j'ai décidé de retenter l'aventure avec une très grosse "agence numérique", histoire de voir si je ne pouvais pas valoriser les photos produites lors de mes multiples reportages, mais aussi celles de mes sorties dans Paris ou en déplacement. Pourtant j'avais eu l'impression d'être pris pour un jambon quand la part agence était passée de 50 à 60% partout. Et Il faut se résoudre à l'évidence, 40% de presque rien, ça fait que dalle ...

En parlant de jambon, ça me rappelle la fois où roulant sur le périphérique, j'avais juste devant moi une camionnette frigorifique avec une porte arrière mal fermée. A un moment, un colis est tombé et ma voiture est montée dessus sans me laisser le temps de freiner. Le mec ne s'est aperçu de rien et moi, ma voiture s'est retrouvée avec les roues avant ne touchant plus le sol. Impossible de bouger. J'ai donc fait appel à une dépanneuse pour soulever la voiture et extraire le carton qui contenaient 4 gros jambons de Paris entiers. 2 étaient intacts et le dépanneur m'a tout de suite proposé de ne pas me compter le dépannage s'il pouvait les récupérer. J'ai dit oui ! La barrière des espaces sans doute ... Il a du en bouffer pendant des semaines ! Un évènement qui aurait sans doute révulsé Aymeric Caron, le prince des moustiques.

J'en étais où au fait ??? Ah oui les agences ! Toutes des petites merd ... Euh !!! des bienfaitrices de la communauté des photographes et de l'humanité, c'est clair. Dernièrement, j'ai encore créé des comptes dans 2 banques d'images et j'ai pu constater que la validation des photos étaient désormais opérées par des algorithmes qui rejettent à peu près tout sous des prétextes types et fallacieux, totalement infondés et propres à l'intelligence artificielle connardisée. Encore un aperçu du monde qui nous attend. A côté de cela, je dépose encore des photos dans encore une autre agence très célèbre qui ne me paye jamais, même pas en Bitcoin.  

Un jour je disparaîtrai de cette terre et je ne laisserai pas plus de traces à la surface de la terre qu'un moustique qui pique Aymeric Caron pour nourrir ses enfants. Mais l'important c'est que j'ai une âme de poète. 

Au fait, tu veux toujours être photographe pauvre con ? Non mais tu vas répondre oui !

 Frozen Piglet





vendredi 10 juin 2022

Ouistiti Sexe

Je suis en train de lire le bouquin de Franck Courtès, "La Dernière Photo" (JC Lattès Editeur). C'est un photographe dont j'admirais le travail et les portraits pleins de délicatesse en son temps, dans Libération et les Inrocks (que je ne n'achète plus ni l'un ni l'autre). J'ai découvert ce livre grâce à un commentaire laissé sur un post précédent et je vous le recommande vivement. Dans cet ouvrage, j'ai appris que ce portraitiste d'une sensibilité rare, avait quitté le métier définitivement pour celui de l'écriture. Je suis parfois stupéfait de constater que des photographes considérés comme talentueux, ont vécu une descente aux enfers consécutive à l'arrivée du numérique. Même s'il y a plein d'autres raisons qui leur sont personnelles ou pas. Il est vrai que quand on est au sommet de l'Olympe, il est rare de ne pas en descendre un jour ou l'autre. Alors que quand on nage comme un poisson frétillant dans le cloaque de la médiocrité (comme-moi), on ne prend aucun risque. Mais on finit toujours par le regretter.

Dans cet écrit fortement marqué de l'empreinte du pathos, Franck Courtès raconte ses rencontres, décrit son métier et ses dérives jour après jour, ainsi que la souffrance engendrée par le mépris. Celui qui le contraint à réaliser un portrait en moins de 2 minutes pour satisfaire un milieu rongé par la connerie, où tout commence et tout finit dans le même instant.

Cette violence là, si je la connais bien, c'est que je l'ai vécu à la même époque comme photographe (à peu près anonyme à la différence de lui). C'est d'ailleurs devenu mon nom par défaut "photographe" ou "le photographe", même si je reprends systématiquement les gens, en leur indiquant que j'ai un nom et un prénom, comme eux et que je les emmerde. 

La violence quand on t'assène comme un reproche que "on a trouvé la seule photo où cette femme souriait dans ta série" et qu'on l'a utilisé pour une pleine page, alors que tu sais pertinemment que c'est la moins bonne image et qu'elle n'exprime rien avec son sourire de circonstance. Le mépris quand on te dit que si tu n'es pas disponible ce jour là, on va filer la prise de vues à quelqu'un d'autre, alors que la veille, on a changé de jour pour la même raison, mais pour un rédacteur. Mais tout le monde le sait, les photographes sont interchangeables.

Au delà de tous ces petits événements qui relèvent de l'anecdote, la violence ultime, c'est celle qui t'empêche d'exprimer ce que tu as de meilleur et qui fait que insensiblement, tu perds confiance en toi, avant de toucher le fond parfois. 

Moi aussi, je me suis tourné vers l'écriture pour m'entendre dire les photos que je réalisais pour illustrer mes articles devaient être gratuites, que mes titres étaient un peu trop fantaisistes, que mes propositions de reportages n'étaient pas orthodoxes. A la différence de Franck Courtès, je ne vais pas poser mes appareils sur des étagères pour autant, car mon rêve reste intact. 

je continuerai quoi qu'il arrive, jusqu'à la fin de mes jours. Mais quand j'aurai le temps, j'aimerai bien dessiner et peindre comme quand j'avais 6 ans et que je fréquentais l'atelier pour enfants des Arts Décoratifs de la rue de Rivoli.

Alors ? Tu veux toujours être photographe pauvre con ?

Frozen Piglet 


jeudi 12 mai 2022

SOURIRE DE DENTISTE

Même ma fille sait depuis l'âge de 6 ans que les licornes n'existent pas. Malgré cela, il existe encore des adultes prétendument sensés,
prêts à mettre des centaines de millions dans d'obscures start-up et des journalistes des Echos prêts à leur emboiter le pas pour en faire le panégyrique plein de fautes, avec l'enthousiasme de jeunes crétins remplis de foutre, d'hormones et de certitudes. 

Le seul objectif de ces plateformes est comme toujours d'asservir des idiots, en prétextant un monde nouveau et resplendissant où tout le monde vit comme dans un rêve, en travaillant de temps en tempsManque de pot, un jour ou l'autre, la réalité pointe son nez avec ses additions, ses multiplications, ses divisions et surtout ses soustractions. On a beau lui chier dessus encore et encore, le vieux monde finit toujours par refaire surface contre vents et marées et il n'est pas content.

MEERO, on en tous entendu parler, notamment par l'intermédiaire de son créateur qui prétendait en son temps "brûler du cash" (Cash Burn) pour en gagner, aujourd'hui peut-être ou alors demain. On a parlé aussi "d'Uberisation" du secteur de la photo.

L'absence de résultats est le cadet des soucis des créateurs de Start-Up. Seule la valorisation que le secteur financier leur accorde est digne d'intérêt. D'ailleurs, l'objectif de ces entrepreneurs de pacotille est la plupart du temps de céder leur création le moment venu à un gogo, quitte à se retirer dans un monastère tibétain avec le pognon. 

Le magazine Challenge a publié un article, où il annonce le "licenciement à bas bruit" de la moitié des effectifs de MEERO. Bon je ne fais pas de soucis pour eux, ils pourront toujours revenir comme photographes ... Photographes chez MEERO, je veux dire.

L'autre possibilité est de signer avec SMILER, le nouveau venu sur le secteur, chez lequel, on a besoin que d'un appareil et d'un sourire pour se faire ... Heu ! Pour gagner de l'argent, de l'argent !! Une dernière condition étant d'aimer les gens. C'est mort, moi je les déteste.

Dommage, parce que selon Smiler, tu peux faire 200 shooting par jour. Bien sûr ! Parce que un shooting dure une minute à chaque fois chez Smiler ! Et en plus aucune expérience de la photo n'est demandée. Elle est pas belle la vie ?

Alors tu veux toujours être photographe pauvre con ?

Frozen Piglet

MEERO, Ce sera mieux après (Publié en Décembre 2020)

Les plateformes de mise en relation sont un peu comme des parasites qui prospèrent, sous couvert de modernité, sur le fumier du libéralisme. Mais le plus étonnant, c'est de trouver des gens pour mettre des tunes dans ce bastringue, alors que le business repose de prime abord sur une simple hypothèse, selon laquelle, la présence d'un intermédiaire serait indispensable pour mettre un peu d'ordre dans le bordel ambiant. Ce qui est encore plus curieux, c'est de voir une plateforme démarrer ex-nihilo, avec des fichiers remplis de noms dés le premier jour, avant même d'avoir initié quoi que ce soit. En la matière, Meero est arrivé comme une déflagration dans la presse économique, non pas pour ses résultats qui sont bien minces, mais plutôt pour avoir réussi à convaincre assez de débiles pour mettre 300 millions de dollars au pot, sur sa bonne mine. Alors, MEERO prétend en offrant son aide, décharger les photographes des tâches ingrates, comme la post-prod et la facturation, au profit du temps consacré à la créativité.

Est-il utile de rappeler que les coeurs de cible de cette plateforme sont: L'immobilier, la restauration, les mariages, le voyage, le e-commerce et les gogos ? Que des secteurs à l'agonie ou en passe de l'être, suite à la situation que l'on connait. Le réveil va être difficile pour ceux qui croyaient disrupter un secteur dans son entier, à grands coups de nouveaux paradigmes dans ta gueule.

Voici le genre de message que les photographes reçoivent de la part de cette plateforme, les fautes sont cadeaux et les inexactitudes sont légion.

Bonjour Frozen Piglet,

Je m'appelle Hubert de la Motte Fifrée (Les noms ont été changés) et je travaille pour une entreprise nommée MEERO, une agence de photos basée sur Paris (Faux, MEERO est une plateforme de mise en relation). Nous sommes actuellement à la recherche de photographes sûr Palavas les Flots. 

Pour vous en dire plus, nous sommes une agence qui mettons en relation nos clients avec vous photographes indépendant afin de réaliser des missions photographiques. En devenant  un partenaire à nous (!), nous vous créons un profil sur notre platform où vous serez en mesure de mettre à jour votre calendrier et être proposé (!) des shooting en fonction de vos étiquettes. Vous obtenez ces étiquettes après avoir réalisé un shooting test Exemple: l'étiquette Fooding, l'étiquette immobilière etc

De plus, sachez que vous serez que photographe, nous nous occupons de créer les invoices (évidement Ducon puisqu'il n'est pas question de savoir combien est facturée la mission au client par MEERO)d'organiser les shoots mais aussi de réaliser toute la partie Post production. 

Nous insistons que cette opportunité est une activité complémentaire a ce que vous faites. 

Pour ce projet particulier:

un peu moins de 1 heure de travail pour 23 photos payées 40 €

Par ailleurs, nous compensons vos trajets à hauteur de 0,20 € pour chaque kilomètre dépassant les 40 kilomètres aller-retour (Pour info, le Barême fiscal 2020 varie de 0,45 à 0,60 € dés le premier kilomètre). 

Pour ce qui est du paiement, il est réalisé tous les 5 et les 20 du mois par Virement Bancaire Direct

Si cela vous intéresse .... Bla bla bla blalalla bla ... 

Résumons-nous. Si vous signez avec ces illettrés, vous serez payés 40 € bruts la prise de vues + 2 € pour un déplacement de 50 Kilomètres. En prime vous perdrez vos droits sur votre travail. Belle opportunité, n'est-ce pas ? Et encore, ça c'est si t'arrives à te faire payer avant le dépôt de bilan. 





mardi 19 avril 2022

Smile !


 


















A quoi ça sert le cochonnet si t'as pas les boules ?

Attention à la fracture de l'index par manque d'expérience ...

FP

Deliveroo condamnée à une amende de 375 000 euros pour travail dissimulé

Cette amende est conforme aux réquisitions. Deux anciens dirigeants de la plate-forme ont également été condamnés à douze mois de prison avec sursis. 


vendredi 8 avril 2022

Sévèrement Urné


Comme tous les votants potentiels
, je viens de recevoir les catalogues de promesses des candidats à la présidence de la République. De manière générale, je préfère lire des choses beaucoup plus intéressantes et ainsi éviter de perdre mon temps inutilement. Je sui payé pour le savoir, le dicton qui veut que les promesses n'engagent que ceux qui y croient attribué à Chirac est parfaitement vrai. C'est culturel chez les politiques qui sont susceptibles d'être élus. Les autres, ils peuvent aussi raconter tout ce qu'ils veulent 
du moment que ça mousse, tout le monde s'en branle, puisqu'ils n'auront jamais l'occasion de mettre en pratique leurs idées.

Mais pour cette fois, j'ai choisi de m'intéresser à la forme, aux visuels et donc aux portraits qui figurent sur ces professions de foi qui viendront très rapidement bourrer les poubelles, avant de partir en fumée dans les incinérateurs qui polluent nos vertes vallées. 

La toute première chose qui a retenu mon attention, c'est de vérifier si tous ces gens si bien éduqués ont fait figurer la mention des copyrights, ou des auteurs des photos sur les documents en question.

NON : Jean-Luc Mélenchon (7 photos), Jean Lassalle (1 photo), Valérie Pecresse (7 photos), Anne Hidalgo (6 photos), Eric Zemmour (7 photos), Philippe Poutou (3 photos), Nicolas Dupont-Aignan (18 photos), Marine Le Pen (12 photos).

OUI : Yannick Jadot (2 photos), Fabien Roussel (4 photos), Nathalie Arthaud (4 photos).    

Mention Crédit "Photos DR" : Emmanuel Macron (4 photos)

La première chose que l'on remarque en prenant chaque document en main, à part la portrait du candidat, c'est "l'accroche":

Mélenchon : "Un Autre Monde est Possible" avec un portrait qu'on dirait sorti tout droit de "Senior Magazine". Il vient de chez le coiffeur et il a les dents blanches alors qu'elles sont jaunes. Regarde on ne sait où ... Pourrait servir de base de départ à une illustration type Pierre et Gilles de chez Wish. Son portrait souriant est l'exact opposé de son personnage acariâtre dans la vie.

Jadot : "Faire Face" avec une photo de 3/4 (je ris) sur fond vert, des fois qu'on aurait pas compris. Où est Sandrine Rousseau ?? Partage la particularité avec Lasalle d'avoir un appendice nasal gigantesque. Il doit donc avoir une empreinte carbone énorme.

Roussel : "La France des Jours Heureux" et de la viande pour tous. On dirait qu'il sort de boite avant d'aller manger la soupe à l'oignon. Regarde son électeur dans les yeux. Un OVNI venu de la place du Colonel Fabien. Liliane, fais les valises !

Lassalle : "La France Authentique" qui fleure bon la campagne (électorale). Regarde son électeur dans les yeux. Son nez est remarquable ainsi que sa voix de Barry White de la cambrousse.

Pécresse : "Le Courage de Faire", oui mais quoi ? Visage assez retouché pour faire 10-15 ans de moins. Regarde son électeur dans les yeux avec ses 10 millions d'euros de patrimoine. Dois avoir le même coach que Hidalgo vu comment elle agite ses mains en parlant.

Hidalgo : "Ensemble, Changeons d'Avenir", portrait hideux sur fond vert. "Ne pas jeter sur le voie publique" précise le document de la fossoyeuse du PS, que les parisiens verraient bien changer d'avenir justement. Quand elle aura fait 1,5% des voix à la présidentielle, est-ce qu'elle démissionnera de la mairie ?

Macron :  "Nous Tous", Il doit sans doute parler des gens de sa caste. Portrait non attribué pour le candidat dont la déclaration de patrimoine ne dépasse pas 500 000 euros, sans que cela défrise le moindre journaliste. 4 personnes figurent derrière lui, dont on ne voit qu'un dixième du visage pour faire croire qu'il a des amis. Il rester une énigme pour moi.

Zemmour : "Pour que la France Reste la France", Portrait bronzé réalisé de face par un fan du Bokeh. Le nez et les yeux sont nets et ses grandes oreilles sont floues. Eléphantesque. Il joue mieux au foot que Giscard. J'ai un point en commun avec lui, je fais des doigts assez facilement, mais c'est tout. Le rejeton informe des politiques de tous les présidents qui se sont succédés depuis Mitterrand. 

Poutou : "Nos Vies valent plus que leur Profit", un slogan usurpé par Macron parait-il. Portrait souriant en casquette dans une ambiance de manif. Mais je préférais de loin le petit postier.

Dupont-Aignan : "Choisir la Liberté", ce candidat chasse depuis des années sur les terres de l'extrême droite sans grand résultat. Un opportuniste de plus qui sourit à la vie. Sonne faux.

Nathalie Arthaud : Portrait ambiance de manif, là aussi pour une candidate qui n'arrive pas complètement à faire oublier Arlette qui n'aimait pas le gras du jambon. Plutôt sympathique, comme une cousine de province. 

Marine Le Pen : Je crois pouvoir dire que c'est le meilleur portrait de tous les candidats, avec un éclairage plutôt flatteur et pas trop de retouches, un regard clair (Moi j'aurai désaturé le rouge sur les paupières du bas). Bien entendu, cela ne change rien au fond. Surtout pour les gens comme moi qui ont connu l'époque où le FN était à 1,2%. 

Dans l'ensemble, l'impression est assez dégueulasse avec des papiers d'entrée de gamme plutôt merdiques, mais ça suffit pour allumer la cheminée. Pour ma part, je voterai peut-être pour un ou une candidat-e au premier tour et nul au second avec une message personnalisé inscrit à la main comme d'habitude. En fait, ces gens, je les emmerde tous sans exception, mais pour différentes raisons.

Frozen Piglet

Je peux mourrir tranquille, j'ai une tof dans le National Geographic

  


 



jeudi 17 mars 2022

Comme un russe au Congo

C'est 720 euros le gilet sur un site belge, mais au moins le service trois pièces est protégé ! 
Déjà 5 journalistes tués en Ukraine, le sujet fait l'objet de débats enflammés sur certaines pages Facebook. Certains évoquent le Vietnam, les vieux cons contre les jeunes, les expérimentés contre les rookies, les "en commande" contre les pigistes, Youtube contre TikTok et Canon contre Nikon. Encore faut-il rappeler que la "pige" est un mode de rémunération, en aucun cas un statut. Pas plus que les cotisations sociales qui font partie intégrante du salaire ne sont des "charges sociales" d'ailleurs. Mais par extension, le pigiste est celui qui part à ses risques et périls, sans garantie d'un média, sans couverture, sans assurance et sans protection. Un contresens total.

Par conséquent, il est encore plus vulnérable que les autres. Mais quand on est mort, on s'en fout.

En même temps, on en est à 8 journalistes tués depuis le début de l'année au Mexique et pourtant, ce pays n'est pas en guerre. Mais c'est pas pareil.

Pendant que ses habitants fuient la ville de Kiev, les "journalistes" donc, s'y précipitent. On dit qu'il y en aurait plus de 2 000 entre les murs la capitale de l'Ukraine. Dont pas mal qui feraient du journalisme touristique de guerre, sans aucune expérience sur une zone de conflit. Je ne parle pas de ceux qui causent dans le post, ceux-là sont en général postés loin de l'action, à la différence des gens de l'image qui se doivent de prendre des risques insensés pour ramener de l'émotion, du courage et de l'image de guerre.

Je ne voudrais pas jouer les oiseaux de mauvais augure, mais les russes ont dit qu'ils considéreraient comme des espions ou des ennemis, tous les gens qu'ils trouveraient sans carte de presse ou justificatif. Depuis ils ont abattu ce photojournaliste américain avec son accrédition périmée du NYT, sans lui demander s'il avait la carte de presse, justement. Avant cela, Guillaume Briquet, un photographe suisse s'était fait tirer dessus. 

C'est vrai, il ne suffit pas d'acheter un Z9 pour devenir par enchantement reporter de guerre même si cet appareil permet de geler une balle sortant du Canon (joke) d'un fusil d'assaut. On est pas dans Matrix. 

Je parle de tout cela, mais pour ma part, je n'ai eu l'occasion de me rendre qu'une seule fois sur une zone un peu tendue, au Liban sud près de la frontière, dans un camp palestinien ou j'ai séjourné. J'avais ultra kiffé ce reportage et j'aurai beaucoup aimé en vivre plein d'autres, mais la réalité m'a vite rattrapé et je suis retourné travailler pour Charcuterie Magazine. Ouais Ben ... Ta gueule.  

C'est la vie qui est comme-ça. Alors tu veux toujours être photographe et te prendre un balle pauvre con ?

Frozen Piglet











Ça tombe avec le Z9, on peut geler la balle qui sort du canon au 32000 de seconde



Guillaume Briquet photographe suisse

mardi 1 mars 2022

Photo de Groupe



J'ai acheté 2 albums de photos à un japonais dans une brocante du quartier des Abbesses. Toute une vie dans 2 albums, avec des photos de classe, des photos d'école, de vacances, de mariages dans 2 familles japonaises pour 25 € les deux. Ici c'est une photo de groupe du Studio SATO PHOTO de Tokyo. J'en ai plein comme ça. L'autre album, c'est une famille de Nagasaki (C'est une copine japonaise qui me l'a dit). 

En Chine, j'avais voulu acheter une dizaine de photos en vrac du même genre et de la même époque. Et j'étais reparti dépité devant le prix délirant que demandait le mec (de mémoire au moins 300 €).

Moi je n'aime pas faire les photos de groupe et encore moins les mariages, même si je suis obligé parfois pour les groupes. Les mariages c'est niet, j'ai ma dignité. Plus il y a de gens, plus il y a des risques que ça merde à un moment. En la matière, les photographes japonais sont logés à la même enseigne que les photographes français. Sur cette photo il y a un type qui ferme les yeux au premier rang et au moins 3 personnes qui regardent ailleurs. En plus il faut gérer les tailles et là, ils sont sur 5 rangs. En fait, c'est la mise en place qui est le plus compliqué à faire.

Je me souviens d'une photo de groupe pour du corporate avec plus de 160 personnes, en clôture d'un congrès. Sur ce truc totalement improvisé, je disposais d'un escabeau en tout et pour tout. 160 personnes, cela multiplie les emmerdes par 160, surtout quand les mecs sortent de table et qu'ils sont un peu chauds. Entre ceux qui en profitent pour mettre la main au cul des filles et ceux qui font des grimaces à la con, c'est assez critique.

Mais ce jour là, alors que je finissais classiquement par un salut de la main général, après la réélection triomphale du président, j'ai eu droit à un doigt d'honneur et un peu plus loin à un poing serré et dressé dans le ciel. L'opposition sans doute ... Après j'ai passé des heures à retoucher ces conneries et pour finir, ma photo a fait la couverture du magazine, sans que personne ne s'aperçoive de rien. Sauf peut-être les 2 saboteurs (surement des russes).

Une autre fois avec un groupe de coréens qui était en visite chez RENAULT, alors que j'avais attendu 2 heures, mes deux flashs parapluie se sont envolés dans une bourrasque et il s'est mis à pleuvoir instantanément. Ma photo sans les flashs étaient toute pourrie. C'est la vie qui est comme ça.

Alors tu veux toujours être photographe pauvre con ?

Frozen Piglet

 


 











lundi 28 février 2022

Si Vis Pacem Para Bellum (*)

La guerre est engagée en Ukraine, sans que l'on sache précisément pourquoi. Même si on se doute que ça ne tourne pas très rond dans la tête de Vladimir. Il parait qu'il ne veut pas de l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN, s'estimant encerclé. Même que l'Ukraine serait "télécommandée par Washington et dans une moindre mesure par Paris et Berlin". Mais si les russes envahissent l'Ukraine, ils se retrouveront aux frontières de la Pologne qui est dans l'OTAN depuis plus de 20 ans ! Quel humour ce Vladi ! Il s'est même arrangé pour rester au pouvoir jusqu'en 2036 avec une immunité à vie parait t-il. Il aura alors 82 ans et quelques milliards d'euros devant lui. Bonne chance les russes ! 

Bon, les pros du reportage de guerre sont déjà sur place et les autres tentent de rejoindre le théâtre des opérations par les moyens dont ils disposent. Bonne chance à eux.

Mais ce qui m'interroge, c'est la nullité des journalistes de plateaux et des spécialistes qui sont conviés à exposer doctement leur point de vue sur la situation. Comme les images sont rares et souvent issues des réseaux sociaux, elles ne sont ni légendées, ni sourcées, ni créditées, ce qui laissent libre cours à toutes les inepties. Dés qu'on voit des soldats, on se demande donc si ce sont des russes ou des ukrainiens. Si ces camions de transport de troupes ne seraient pas des chars d'assaut (Quelle rigolade ...) et si les tirs d'armes légères ne seraient pas devenus des tirs d'armes lourdes, une erreur des plus fréquentes chez des mecs qui n'ont jamais manipulé une arme de guerre de leur vie de planqué. Et puis quel matériel renferment ces caisses que portent les soldats ? Ce sont clairement des caisses de munitions, sauf pour les ignares de plateaux télé. 

Sinon les correspondants et autres envoyés spéciaux sont soit sur la terrasse de leur hôtel, soit dans le dancing hall, soit devant un carrefour où il ne se passe strictement rien. Ils ne cessent de tirer à la ligne et de répéter les mêmes choses en boucle pendant des heures. 

Bon il faut reconnaitre que pendant ce temps là, je fais du ski dans les Alpes et là aussi il y a des russes ... Mais c'est pas les mêmes, je devrais peut-être les interviewer ? Il y a longtemps, j'avais des voisins russes. Ils étaient tellement dingues qu'ils écoutaient les coeurs de l'armée rouge en pleine nuit. Je ne leur ai pas déclaré la guerre pour autant. Un jour, ils ont émigré en Afrique du Sud, parce que ils disaient que la France était communiste. Qu'est-ce vous voulez que je vous dise ? Ces gens-là sont pas comme nous ...

Et le Zenith comme appareil photo, c'était quand même une grosse merde ... Mais non je l'ai pas dit ! 

Frozen Piglet

(*) Pour les ignorants : Si tu veux la paix, prépare la guerre 

lundi 14 février 2022

Les larmes de mon corps

Samedi, j'étais à la manif "Convoi de la Liberté" sur les Champs-Elysées pour un petit reportage express. Ben oui, j'avais envie de prendre l'air ! Je suis venu à pieds de Concorde jusqu'à l'Etoile, car les stations de métro étaient déjà fermées. Tout cela pour 3400 manifestants selon la Police. Est-ce bien raisonnable ?

Je n'y étais pas depuis 5 minutes que je me suis pris une bordée de grenades lacrymo dans la tronche. D'habitude je cours dans la direction opposée du vent pour sortir du nuage le plus vite possible. Mais là le nuage était tellement étendu et le brouillard tellement épais que je suis resté piégé en plein milieu sans savoir où me diriger. Finalement je me suis affalé au pied d'un immeuble, gorge qui brûle, visage en feu, yeux qui piquent très fort     et honnêtement, j'étais à deux doigts de m'évanouir. Il faut dire que depuis le COVID, mes poumons ressemblent à 2 pruneaux d'Agen aussi ! 

Cela dit les personnes âgées et les mère avec enfants dans les poussettes ont énormément apprécié l'ambiance festive, type 14 juillet mais dans ta gueule.

Heureusement, il y avait une équipe de street medics qui m'ont aidé en me pulvérisant un produit avec de l'argile sur le visage (merci à eux). Comme j'aime qu'on me maltraite, j'ai passé encore 3h00 sur place pour terminer mon travail. J'ai rarement vu un telle violence parfaitement assumée par les forces de l'ordre. Entre les sommations et les jets de grenade, il ne se passait pas plus de 3 seconde. Ils répliquaient à ... rien. Il est clair qu'ils avaient l'ordre de frapper vite et fort. Une ambiance très différente de toutes les manifs gilets jaunes que j'ai pu faire.

Du coup, les Black Blocs sont restés discrets et les petits branleurs cagoulés arrivés en RER pour piller les magasins encore plus (oui je vous ai vu !).

Finalement mes photos sont pas terribles, mais elles sont en ligne. On verra bien.

Alors toi aussi tu veux devenir photographe et te faire gazer pauvre con ?

Frozen Piglet 



vendredi 11 février 2022

Licence to Kill

Depuis 2016, j'ai produit 4000 images par an pour alimenter les fonds des agences avec lesquelles j'ai signé un contrat de distribution. Images de stock, archives, photos issues de reportages de commande, photos d'illustration ou travail personnel, je ne fais pas de différences. 


Encore faut-il prendre en compte que ces agences ont elles même des contrats de distribution avec des tas d'autres agences dans le monde entier. De cette manière, elles s'entendent parfaitement pour nous bouffer la laine sur le dos avec jusqu'à 70% du prix de vente d'une photo accaparé par les intermédiaires. Mais ce système est un non sens puisque la marché de la photo est devenu mondial et que l'internet est son royaume. Simplement il convient de réunir au même endroits des millions de photos pour permettre aux gens qui cherchent des images de le faire sans aucune compétence particulière selon des algorithmes à la con et éventuellement les voler en utilisant Google Images qui est fait pour ça. Mais non je l'ai pas dit ... 

Bien qu'il existe quelques exceptions, on peut considérer que depuis le début des années 2000, le prix d'achat d'une photo par un diffuseur a été divisé graduellement par 15 ou 20. Les premières à nous trahir ont été les agences photo qui ont proposé des contrats de flux au forfait sur le mode de l'abonnement au fil AFP ou REUTERS. Parallèlement à cela, les tarifs adaptés au print selon le format et le nombre d'exemplaires du journal ont été rapidement abandonnés, au profit de ceux des photos achetées pour les sites internet (qui ne trouvaient pas de modèle économique et donc refusaient de payer le vrai prix). Je me souviens encore du journal METRO qui m'avait proposé de m'acheter mes photos pour 20€ pièce à condition de pouvoir les utiliser dans leurs 130 éditions différentes. Je suis certain qu'ils ont trouvé un pigeon pour dire oui ...

Et puis dés que les appareils photos numériques ont été à la portée des photographes de pacotille ou des professionnels résidants dans les pays à faibles revenus, on a vu fleurir des structures comme Fotolia (racheté par ADOBE) ou CitizenSide (Financé par l'AFP et en PLS avant une belle faillite) prêtes à diffuser leurs merdes. Selon le mythe absolu du "citoyen reporter" de mon cul de cette époque. 

Dés lors, les photographes produisant des images de qualité professionnelle étaient pris en étau entre les exigences délirantes des diffuseurs et de leurs affidés et la pression d'une production minable vendue à des tarifs suicidaires. 

Comme si cela ne suffisait pas est arrivé le problème des licences. Importé des Etats-Unis où les mecs savent ce qui est bon pour nous, le "libre de droits" ou "tous droits cédés" (j'achète la photo et après j'en fait ce que je veux comme je veux et je t'emmerde). Ceci par opposition aux photos en droits gérés (rights managed) où l'on maintient un semblant de lien entre le prix payé et l'usage qui doit être fait de la photo (1/4 de page, ce n'est pas la même chose qu'un affiche 4X3 m, Une pub et un éditorial c'est différent etc ...). Selon les agences qui pratiquent cette saloperie, c'est l'intérêt du photographe qui en assouplissant ses conditions de vente et d'utilisation gagnerait plus. Rien n'est plus faux ! Je l'ai expérimenté un temps assez court et je suis vite revenu en arrière vu les résultats affligeants.

Pour imposer leur vision libérale avec une cession totale sans contrepartie, une agence comme Alamy (285 millions d'images en distribution) a imposé un nouveau concept avec une licence à perpétuité en droits gérés et une cession de droits pour 25 ans pour l'édition. Bien entendu les acheteurs peuvent mentir en optant pour la licence la moins chère (newsletter ou présentation) et même se faire rembourser un an plus tard en prétextant qu'ils ont changé d'avis. Bon si t'es arrivé jusque là et que tu as tout compris, t'auras une médaille. 

Mais même à ce prix là, pour certains c'est encore trop cher et il vaut mieux voler la photo sur le site de quelqu'un qui l'a payé. Ni vu ni connu, je t'embrouille. Je salue ici les représentants de l'Empire du milieu qui prennent les photos direct sur le site de l'agence avec les watermark bien en évidence. Who cares ? J'ai  bien essayé de contacter la Parti Communiste Chinois mais il ne veut rien faire ...

Hier j'ai trouvé une de mes photos sur une trentaine de sites dans toutes les langues pour vendre des fake d'objets de luxe. A des prix tellement bas qu'on doute même que les crétins qui sont clients reçoivent quoi que ce soit. Ces sites sont intraçables et ils ouvrent et ferment à toute vitesse.

J'ai calculé que les revenus générés par la vente des mes 20 000 photos me permettent tout juste de payer 50% de mon matériel de prise de vues en l'amortissant sur 4 ans:  Soit 4 boitiers opérationnels, 2 gros zooms, 3 petit zooms et 3 optiques fixes, plus 2 flashs de reportage et quelques accessoires. Je ne compte pas les flashs Elinchrom que j'ai et mon outil informatique (MacBook Pro et IMAC de bureau). 

Arrivé à ce stade, je ferai mieux de fermer pour monter une start-up de vente de pizzas ayurvédiques, mais ce serait dommage, j'aime mon métier et je ne me vois pas faire autre chose que d'écrire et de photographier. Et puis j'ai mes piges presse qui me permettent de survivre avec un salaire de misère, vu que mon talent est immense. Mais personne ne le sait et ça finit par me porter préjudice.

Alors tu veux toujours être photographe pauvre con ?

Frozen Piglet

J'ai vu que Francis Apestéguy, un bon gars, a quitté le monde terrestre cette semaine. Je me souviens bien de lui dans le film de Depardon "Reporters" où on le voyait photographier Christina Onassis sur le balcon de son palace. Il faut croire qu'il vaut mieux être photographe dans la misère que fille de milliardaire au régime parce elle est morte à 38 ans en 1988 et lui le 30 janvier à 70 ans. On peut voir ses photos ICI et mesurer l'océan qui sépare le photo-journalisme d'aujourd'hui avec celui avec celui des années 70-80-90-2000. Aussi bien techniquement que en termes esthétiques. Bon voyage Francis, tu es immortel et condoléances à sa famille.



vendredi 7 janvier 2022

Moins zéro





Sur une idée de Mme Piglet (qui devient folle), nous avons passé la fin de l'année en Finlande, au delà du cercle arctique. Pour les photos c'est vraiment l'idéal, le jour se lève à 11h00 et se couche à 15h30, sauf si c'est couvert, auquel cas il fait nuit toute la journée. Après, il fait  entre -20 et -30°C. Pas de quoi s'alarmer puisque mon D5 a encaissé sans broncher, même couvert de glace. On était dans un chalet au milieu d'un petit ressort, à proximité d'un lac gelé. Le soir, on restait sur place pour éviter de se faire attaquer par des ours ou des loups.

J'ai fait de la marche, du ski de fond, un peu de motoneige et j'ai conduit un traineau à chiens (20km en pleine nuit dans la forêt). Et puis j'ai respiré l'air pur pour la première fois depuis un an avec mes vieux poumons desséchés par le COVID, devant des paysages de folie. Alors les gens qui vont là-bas, une fois qu'ils ont fait cela et une ballade en rennes, à part nager avec les dauphins en Floride, il veulent à tout prix voir une aurore boréale. Pour couper court à leurs discussions à la con, j'ai téléchargé 3-4 photos très belles et je leur ai dit que c'est moi qui les avait faites avec mon téléphone, juste pour les faire chier. Parce que j'aime pas qu'on m'emmerde. Il y en avait même qui avaient téléchargé une application pour se réveiller en pleine nuit s'il se passait un truc dans le ciel. Quelle rigolade !

A part faire des tofs à 102 800 ISO la nuit, j'ai fait 2-3 trucs pas mal. Seulement il y avait toujours un mec pour me raconter qu'il avait un appareil "un peu" comme le mien, mais qu'il le laissait dans sa chambre pour ne pas l'abimer et qu'il préférait utiliser son "téléphone qui fait des très bonnes photos". J'espère qu'on lui a chouré son DX de merde ! D'autres m'ont conseillé de mettre mon D5 dans un sac de surgélation pour éviter la condensation. N'importe quoi ...

On croit toujours que les peuples scandinaves sont auréolés d'une culture écolo, mais ils bouffent des myrtilles importées du Pérou et leurs motoneiges marchent au super dans la neige immaculée. C'est la vie qui est comme ça. Quand je suis rentré, je me suis fait piquer pour la troisième fois et j'ai été malade comme un chien pendant 72 heures.

Tous mes voeux et merde au cul pour toute l'année !


Frozen Piglet





vendredi 19 novembre 2021

Le Grand Remplacement





Après 2 ans de carnage professionnel, le travail est reparti et ça se bouscule un peu pour moi, tant les événements reportés de mois en mois arrivent tous en même temps. Du coup, je retrouve des revenus tels qu'ils étaient il y a 15 ans avant "le grand remplacement". Je parle du numérique pauvre idiot. Tu me prends pour qui ? Bien sûr, je sais que cela ne va pas durer. 


Le problème quand tu travailles plus et même beaucoup plus, c'est que assez rapidement, tes employeurs se mettent à considérer que tu gagnes trop quand ils voient passer ta feuille de paie. Peu importe que tu bosses nuit et jour et les weekends pendant qu'ils font de la représentation et n'en branlent pas une. Ils pensent que la plaisanterie a assez duré. Payer un mec à faire des photos hors de prix alors que des clochards font des prises de vues à 40 euros sur MEERO, vous n'y pensez pas ?!

Mais le plus drôle c'est quand ils réalisent un jour que tu es payé en salaire depuis toujours comme le prévoit la convention collective des journalistes et que cela te donne des droits qu'ils avaient oubliés. Là les mecs manquent d'en avaler leur dentier. Ce qui prouve qu'ils ne se sont jamais intéressés à toi ou à ton boulot et encore moins au Code du Travail. En fait tu fais vaguement partie du paysage depuis si longtemps, comme un plante verte qu'on arrose une fois par mois, mais pas pendant les vacances. Tu voudrais pas qu'on te file des congés payés en plus. Ben si justement ! Parce que c'est conventionnel, comme le 13ème mois, wesh gros !

Quand on parle de salaire, ces mecs n'ont d'ailleurs que le mot "charges" à la bouche (en général, ils puent de la gueule, d'ailleurs). Alors que ce sont des cotisations sociales dont ils s'agit. Celles qui te sauvent la vie quand tu es malade, quand tu es au chômage où que tu veux t'arrêter après 42 ans de labeur pour profiter un peu du reste de ta life.  

Sans doute que Arthur (34 ans), "un des meilleurs photographes" employé par MEERO (voir leur page d'accueil) et qui a gagné un peu moins de 10 000 euros en 6 mois, soit environ 1500 balles par mois, moins les cotisations sociales qu'il doit payer et ses 3 CANON 5D (II, III et IV), plus son loyer de parisien, t'expliquera que ce modèle, le salariat, est dépassé. Lui qui doit se lever le matin entre 8 et 9h00 (Oh bichette !) pour aller bosser  pour sa "Market Place" de bouffons. Mais quelle rigolade ! 

Alors tu veux toujours être photographe pauvre idiot ?

Frozen Piglet


vendredi 22 octobre 2021

Parisien tête de chien


Dans ma famille, nous sommes parisiens pur jus depuis au moins trois générations. J'habite dans un quartier (Pigalle) qui s'est embourgeoisé et pas dans le bon sens. Mais moi, mon grand-père y est né (L'autre est né à Belleville). Alors ta gueule et si t'es fier d'être parisien, tape dans tes mains !

Les intermittents du spectacle, les journalistes, les professions de la pub et du graphisme, les "artistes" en tous genres pullulent sur la colline de Montmartre. Quand je suis arrivé ici, il y avait encore dans mon immeuble 1880, des peintres de la place du Tertre ou des familles du cirque installées ici depuis Médrano. Maintenant, les clowns je les croise dans le hall d'entrée en partant bosser à 6H00 pour aller prendre le train. " Bonsoir ! " qu'ils me font avant d'aller se coucher ... Ils rentrent d'after ou quoi ? Du spectacle, je ne sais pas, mais intermittents sûrement " disait ma crémière qui est partie à la retraite, la pauvre.

En plus, avec Madame et Mademoiselle Piglet, nous résidons à la frontière du 9° arrondissement, là où les mecs te toisent dés que tu leur dis que tu habites de l'autre côté de la rue dans le 18°. Personnellement, je les emmerde tous parce que le seul qui est légitime dans ce quartier, c'est moi. Et eux c'est juste des mecs qui font monter les prix du m2, qui bouffent des hamburgers et des pizzas en kit et qui achètent des abricots en plein hiver. Il parait que Paris perd 10 000 habitants par an, mais je ne suis pas sûr que ce soit les bons qui se cassent.

Quand ça me prend, j'attrape mon appareil et je sors pour faire des photos du quartier et des environs. Des trucs que je fous en agence et qui sont vendus aux guides touristiques comme le Lonely Planet ou des bouquins du même acabit. C'es pas facile de renouveler le genre sur des endroits qui ont été arpentés par des générations de photographes et de touristes, mais comme je suis un génie de l'image fixe ... Des fois j'arrive même à vendre des photos que j'ai  shootées par la fenêtre de mon salon qui donne sur le boulevard. Après, compter faire une vente à 3 ou 4 chiffres, t'as qu'à croire ... Aujourd'hui, c'est devenu l'exception. Et quand cela arrive, par la grâce de la loi des intermédiaires, on se fait tondre par les professionnels de l'arnaqu ... Euh photo de la photo ! 

Alors toi aussi tu veux vivre dans 11 m2 (Loi Carrez) au 6ème sans ascenseur avec chiottes sur le palier, mais vue sur le Sacré Coeur ? Eh ben, fais de la photo ton métier et tu auras peut-être cette chance, si tu arrives à payer 750 euros de loyer et que tu te fais pas cambrioler. Tu veux toujours être photographe pauvre con ? 

Frozen Piglet


vendredi 8 octobre 2021

Touche pas au Grisbi Salope !



Quand on se met à parler équipement photo autour de moi, j'en ai rapidement rien à foutre. Nikon, Canon, Sony, Fuji, hybride, reflex, je m'en bats les steaks. Et les gens autour de moi, ne comprennent pas que je ne peux pas leur donner des conseils d'achat de Noël sur des compacts ou des reflex de moyenne gamme dont je me tamponne comme de mon premier Nikon (Un Nikkormat FTN, il est sur une étagère et il me regarde avec des larmes dans les yeux).

Ce que je vois, c'est que le prix du matériel que je paye a explosé et donc il faut que ça marche, bordel ! Tout le reste, c'est de la littérature pour les amateurs et les idiots. Ceci dit sans méchanceté aucune.

La première chose que je regarde sur un appareil est la tenue en main du boitier et ses commandes principales. Est-t-il d'une qualité de fabrication professionnelle, tropicalisé et anti-ruissellement (évidemment ! Sinon je le regarderais même pas) ? Est-ce qu'il est bien équilibré ou est-ce qu'il bascule vers l'avant quand on monte dessus un 70-200 ? Est-ce tu finis chez l'ostéopathe quand tu en as un sur chaque épaule pendant 3 ou 4 jours d'affilé du matin au soir ? Oui, parce des appareils, il en faut 2 et identiques, ce qui fait au moins 12 000 boules dans ta gueule. Il faut avoir vécu le reportage où ton boitier te lâche comme une merde en plein milieu du boulot, alors que t'es à 1000 km de chez toi, pour en être sûr (que finir le truc à l'i-phone, ça va pas le faire).

Le plus important sur le boitier est de mon point de vue: Comment sortent les photos brut de capteur et quelles sont ses performances en (très) basse lumière. En bon français, est-ce que tu vas te faire chier en post-prod avec des fichiers dégueulasses pleins de bruit numérique avec une balance des blancs toute pourrie ? Cela dit il y a des armadas de tocards qui se disent photographes professionnels et qui s'en tapent.

Je vous ai déjà dit que je ne lisais jamais les modes d'emploi ou pas ? Ah oui au fait! Tous les logiciels miracles qui t'enlèvent le bruit en rendant tout net, c'est de la merde. 

Ensuite il y a les lens qui doivent piquer sa grand-mère, on est pas chez David Hamilton et pour cela, il faut que TES objectifs soient calés sur TES boitier. Les histoires de Bokeh, je laisse ça à tous les débiles de service qui n'ont que ce mot là à la bouche. C'est pour ça que j'ai un 85m/m 1.2 L sur mon CANON 1DX (mais non je l'ai pas dit !). En ce qui me concerne, j'ai choisi NIKON pour le boulot de tous les jours. Un D5 et un D4 avec 24-70/70-200 et très bientôt 14-24 pour finir de constituer la sainte trinité 2,8. J'ai aussi un 24-120 et un 200-500 (pour les petites occasions, on ne sait jamais), un 50 et un 85, plus un 60 micro. J'ai aussi un D3s et un D3 qui dorment au fond d'un placard. 

Mais l'expérience prouve que le D5 avec 24-70 et 70-200 permettent d'assurer le job dans 95% des cas.

Pour la lumière quand y en a pas. J'ai un flash NIKON SB 5000 (avec des gros accus) que je déporte fixé sur une perche avec une mini soft box de 60 cm. Ce qui permet d'obtenir un éclairage plus qu'honorable dans les conditions difficiles. Pour le reste, j'ai 2 flashs Elinchrom compacts de 600 joules avec l'équipement et en cas de besoin, j'ai encore 3 GODARD de 800 joules pour éclairer les grosses fesses de Kim Kardashian. 

Une dernière chose, je shoote en jpeg et je vous merde. Parce que mes photos sont tellement bonnes que je peux en faire un panneau 4X3 sur la nationale 7 sans cligner d'un oeil.

Bon week-end, je me casse en Normandie.

Frozen Piglet



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...