vendredi 6 octobre 2017

Bordel

Ce matin, j'entendais à la radio un type issu de la classe dirigeante déclarer doctement à un artisan boulanger que s'il vendait sa baguette de tradition à 38 centimes comme le supermarché en face de son magasin (au lieu de 1,10 euro), il vendrait plus de pain et donc gagnerait plus d'argent. Qu'il valait mieux selon lui, vendre des milliers de baguettes à 38 centimes que quelques centaines à 1,10 euro. L'artisan lui objectait à raison que la baguette de tradition lui revenant à 50 centimes tout compris, il ne voyait pas comment ce serait possible (sachant que les 2 premiers postes sur un baguette sont la main d'oeuvre et l'énergie pour la cuire). Mais le connard de service de la radio lui recommandait d'y réfléchir quand même. Cette petite ritournelle néo-libérale ne vous rappelle rien ? Demander à un artisan de se transformer en industriel, il faut oser ... La radio, c'est comme les gares, on y croise des gens qui ne sont rien et des gens qui réussissent. Et l'artisan lui, il a réussi et l'autre connard, il a juste réussi à me faire chier avec ses conneries. Après il a été faire ses courses dans un magasin bio de commerce équitable pour que ses enfants restent en bonne santé et le plus éloignés possible des produits de merde des industriels de l'agroalimentaire. Ils sont nombreux tous ces métiers qui sont dans le collimateur de ceux dont le boulot justement, c'est de dire aux autres, à tous les autres, que leur travail coûte trop cher. Le rêve de tous ces types-là, c'est de confisquer à tous les gens qui arrivent à vivre honnêtement de leur beau métier, toute marge de manoeuvre et toute marge tout court. 
Récemment, j'ai fait quelques manifs (faut pas perdre la main, ben ouais t'es con ou quoi ?): UBER, Deliveroo et compagnie sont dans la rue (poursuivis par les guignols de NewZulu du photoclub des retraités des PTT). Ben oui, vous vous êtes bien fait baiser les gars. Il est bien temps de venir vous plaindre et monter des syndicats après avoir claironné que la vieille économie, c'était de la merde. Heureusement, vous êtes tous micro-entrepreneur maintenant. Ça fait plus classe, mais ça veut juste dire que vous êtes des cacas de mouche corvéables à merci à 5 euros de l'heure. Envolés veaux, vaches, cochons, couvées et bienvenue place de la République avec la sono gracieusement prêtée par la CGT. Bon ces photos, je les vends jamais, parce que le social, ça n'intéresse personne, mais je m'en fous. Je travaille pour la postérité moi monsieur. Nous les photographes, on se fait niquer aussi, mais différemment. Nos interlocuteurs dans les rédactions commencent par nous imposer des prix ridicules pour une prise de vues. Et puis la seconde couche (qui vient après quand c'est sec), c'est que on te dit que les photos sont tous droits cédés et donc utilisables n'importe où, n'importe comment sans rien payer. Ensuite ils t'annoncent que tu seras payé à parution en octobre pour un boulot que tu as fait en juillet. Enfin cela, c'est si la comptable est pas en vacances. Ben ouais Kes ta ?! Je me demande si je vais crever les pneus de leur bagnole et verser du sucre dans leur réservoir.

Frozen Piglet

Ça va vous sinon ?


C'est marrant, j'avais écrit cela en 2014:
L'innovation et l'adaptation sont un peu devenues l'antienne (la ritournelle !) des cons. Il faut voir les choses en face si nous rencontrons des difficultés dans n'importe quel métier, selon eux, c'est que nous ne savons pas nous adapter et si en plus nous ne sommes pas capables d'innover pour redresser la barre, alors le mieux est de disparaitre en courbant l'échine et en baissant les yeux. C'est clair, les cons sont très exigeants, surtout avec les autres. 
Ce qui est embêtants pour eux, c'est que les gens qui savent s'adapter et encore plus ceux qui savent innover sont une infime minorité et les cons en font très rarement partie (quoi qu'en matière de connerie, il soit toujours possible d'innover). L'immense majorité des individus cons ou pas est donc constituée de suiveurs qui ne font que reproduire ce qu'ils ont vu, entendu, lu (pour ceux qui savent lire). Mais en ce qui concerne la photographie, absolument rien n'a changé. Une photo de merde reste une photo de merde même avec un filtre Instagram. Une photo d'amateur même très belle reste une photo d'amateur par destination. Une photo d'auteur reste une photo d'auteur à condition qu'elle soit le reflet d'un univers original. Une photo de professionnel reste une photo de professionnel à condition qu'elle soit nette, bien cadrée et pertinente dans sa conception (une fois qu'on sait faire ça et c'est déjà pas facile, on peut faire tout ce qu'on veut et déroger à toutes les règles). 

En fait, on voit bien que le problème réside ailleurs. Et c'est bien la culture du travail qui est en cause et rien d'autre. La valeur du travail en général et pas du tout le travail des photographes en particulier. Mais ça les cons ne peuvent pas le percevoir aveuglés qu'ils sont par leur connerie. En fait, c'est le low-cost qui nous tuera tous et chez les cons, ce sera un massacre. 

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Parfait.

Frozen Piglet a dit…

Comme tout ce que je fais

Thierry a dit…

Content de te revoir Frozen !
Ca faisait un bail, je commençais à me sentir de plus en plus con..

Frozen Piglet a dit…

Et moi donc !

Le Monolecte a dit…

Toujours très juste… et j'adore l'illustration.
Mon entourage en a parfois marre que je suis tout le temps en colère. Mais ce n'est pas vrai, je ne suis pas tout le temps en colère, c'est juste que chaque fois que je me reconnecte à ce monde, comme toi avec cette bribe médiatique, paf, en moins de 3 secondes, le niveau de connerie ambiante me fait sortir de mes gonds…

Frozen Piglet a dit…

Merci pour ton message.
Je poste rarement sous le coup de la colère.
C'est plutôt l'indignation qui me sert de point de départ, mais je comprends parfaitement ton point de vue.

Anonyme a dit…

This blog was... how do I say it? Relevant!! Finally I
have found something that helped me. Many thanks!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...