mardi 30 janvier 2018

ABCDEFUCK



2018 commence mal. À vrai dire, comme tant d'autres, j'ai perdu depuis longtemps tout espoir de modestement gagner ma life avec la photo de presse. Presque les 2/3 de mon activité sont aujourd'hui consacrés à la rédaction d'articles pour des gens indifférents et antipathiques (pour la plupart mais pas tous). Même comme cela, j'ai du mal à obtenir des revenus décents, alors que je travaille tout le temps. Cherchez l'erreur. D'ailleurs, ma première source de revenus pour 2017 restera l'AGS (Assurance Garantie Salaires) pour une belle liquidation judiciaire. Heureusement, on nous dit que la croissance dans la zone euro est au plus haut depuis 10 ans et aussi que les gens qui gagnent 1200 euros par mois coûtent encore trop cher. Evidemment, l'idéal serait de les transformer tous en micro-entrepreneurs (le nouveau nom pour les auto-entrepreneurs qui s'entreprennent tout seuls dans leur coin). Oui mais tout ça, c'est les foutaises répandues partout par l'armée mexicaine de connards privilégiés qui sévit dans les médias, celles qui consistent à dire que les métiers changent et qu'il faut savoir s'adapter, comme cela a toujours été depuis la nuit des temps. Ces inepties auront du mal à s'accommoder du déclassement social, de la division des revenus par 2 ou 3 (ou 4) et de l'explosion de la précarité. 
Parfois, je me souviens qu'il y a quelques années, j'allais à des conférences sur le futur de la presse. À cette époque là, des gars sûrement bien informés nous expliquaient que la presse papier n'existerait plus du tout en 2015 sauf peut-être en Chine et Inde. À cette époque, je croyais trouver des réponses aux questions que je me posais et en fait j'écoutais juste les conneries de mecs en pré-retraite des magazines. Où sont-ils aujourd'hui ? Peut-être au cimetière qui est comme chacun sait, peuplé de gens irremplaçables. Et ce sont sans doute leurs descendants qui nous expliquent que l'intelligence artificielle va nous remplacer elle-aussi. En fait, nous vivons juste une époque pleine de brutalité et de paradoxes où le futur plein de promesses est déjà réactionnaire avant même d'exister. Surtout, nous vivons une succession de spasmes numériques accompagnée d'une forme d'hystérie collective qui ne mène à rien. On dirait un bande d'autistes en train de rouler du caca entre leurs doigts. Bon en même temps, c'est un peu normal pour du digital, vous me direz. Mais les coutures de notre monde plein d'incohérences sont en train de craquer partout. Pour ma part, j'attendrai. Oui j'attendrai juste le jour ou cela va devenir insupportable et ce jour là, je ferai un beau reportage et j'aurai le World Press si ça se trouve. Ben ouais ! T'es con ou quoi ?

Frozen Piglet

En fait j'ai menti. J'ai honte. Je suis un nanti. D'ailleurs cette semaine, j'ai touché 83,78 euros sans rien faire. Voici la quote-part qui me revient après la fermeture pour liquidation (encore une mais c'est pas la même) d'une agence d'illustration photographique, faute de pouvoir me payer les 4 000 euros qui me revenaient en tant que contributeur. Elle a été victime des impayés de ses clients de la presse.  

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Salut Frozen,

Malheureusement le phénomène que tu décris se retrouve à peu prés dans tous les domaines de la société.
Une bande de petits cons fraîchement émoulus de leur école viennent nous donner des leçons d'organisation, de logistique, de communication, etc..
Ce qui me console c'est que la plupart sont là en temps que "consultants" et que le turnover est important, quand c'est pas des stagiaires...

Frozen Piglet a dit…

Salut,
Sans doute, mais dans le domaine ou j'exerce, ce genre de profil ne passe souvent pas la semaine.

jjj, ben a dit…

Te laisse pas abattre chaton.

Frozen Piglet a dit…

Ni Dieu ni Maitre ni croquettes

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...